in

Des cellules ovariennes de vache arrivent dans l’ISS

ISS Cygnus
Un vaisseau cargo Cygnus en route vers l'ISS. Crédits : NASA

Une charge utile de quatre tonnes de matériaux et d’équipements comprenant une imprimante 3D, de nouvelles graines et des cellules ovariennes de vache est actuellement en route vers la Station spatiale internationale (ISS). Le cargo Cygnus NG-18 de Northrop Grumman, lancé ce lundi par une fusée Antares depuis l’île de Wallops, en Virginie, arrivera mercredi à bon port.

Le Cygnus NG-18 est un vaisseau cargo spatial développé par Northrop Grumman dans le cadre du programme COTS de la NASA. Avec la capsule Crew Dragon de SpaceX et le cargo russe Progress, il contribue au ravitaillement en fret (nourriture, gaz, carburant, pièces détachées) de la Station spatiale internationale depuis le retrait de la navette spatiale américaine.

Un nouveau cargo a décollé depuis le port spatial de l’île de Wallops ce lundi. Il devrait s’amarrer à l’ISS mercredi grâce au déploiement d’un bras robotique nommé SS Sally Ride, en l’honneur de la première femme astronaute décédée en 2012.

Une imprimante 3D et des cellules ovariennes bovines

Les quelques tonnes de fournitures comprennent une multitude d’équipements et de matériel pour les prochaines expériences en microgravité, ainsi que les premiers satellites jamais lancés par l’Ouganda et le Zimbabwe. Parmi ces fournitures figure une imprimante 3D développée par la société Redwire Space. La machine avait déjà intégré l’ISS en 2019. Elle avait été renvoyée sur Terre depuis pour être mise à niveau.

Une fois réinstallé, l’appareil facilitera l’impression 3D du tissu cartilagineux du genou à l’aide de bio-encre et de cellules pour d’éventuelles futures greffes de patients humains. Des vaisseaux sanguins et d’autres tissus cardiaques seront également créés aux côtés d’organoïdes (versions miniatures d’organes) pour tester l’efficacité de certains médicaments.

station spatiale internationale cellules de vache
Crédits : NASA/Roscosmos

D’autres matériaux d’expérimentation comprennent des mélanges d’eau, d’air et de sable pour la recherche sur les glissements de terrain rendus plus puissants et fréquents par le changement climatique, ainsi que de nouvelles graines visant à soutenir l’étude des adaptations multigénérationnelles des plantes en microgravité.

Enfin, la cargaison comporte des cellules ovariennes prélevées sur des vaches. Ces dernières seront vitales pour la recherche de traitements de fertilité ici sur Terre. À terme, elles pourraient également ouvrir la voie à des études sur la reproduction humaine dans l’espace.

Alors que la NASA (et d’autres acteurs) vise le retour des humains sur la Lune dans le but de s’établir durablement, la capacité de maintenir sainement des colonies multigénérationnelles dans ces territoires inexplorés reste un obstacle majeur à surmonter. Aussi étonnant que cela puisse paraître, ces cellules bovines permettront potentiellement une avancée majeure dans ce domaine.