in

Des bébés souris en bonne santé sont nés de parents femelles

Des souris du même sexe ont donné naissance à plusieurs portées. Crédits : Leyun Wang

Une équipe de chercheurs chinois annonce avoir utilisé l’ADN de deux femelles souris pour engendrer des portées en bonne santé. La même chose aurait été tentée avec l’ADN de deux souris mâles, mais les portées n’auraient survécu que deux jours. Les détails de l’étude sont rapportés dans la revue Cell Stem Cell.

Pourquoi est-il difficile pour les mammifères du même sexe de faire des petits ? Certains oiseaux, reptiles ou poissons le peuvent, mais les mammifères ont besoin de sexes opposés. Cela pourrait être dû aux « empreintes génétiques », de petites étiquettes chimiques qui se lient à l’ADN et désactivent un gène. Des gènes marqués chez un sexe restent en effet non marqués chez l’autre. Combinez les mêmes gènes marqués – ou non marqués – dans un embryon (parents du même sexe donc) et ce dernier ne pourra pas se développer.

Pour contourner le problème, des chercheurs chinois se sont récemment appuyés sur des cellules souches embryonnaires – capables de se transformer en n’importe quelle autre cellule – ne contenant qu’un seul ensemble de chromosomes. Ils ont ensuite supprimé plusieurs régions du génome dans les cellules souches pour éliminer les gènes marquants. Ces cellules souches modifiées ont ensuite été injectées dans des ovules provenant d’une autre souris. Celle-ci présentait cette fois-ci les gènes marqués pour créer des embryons viables, qui ont été transplantés dans une souris porteuse.

Et ça fonctionne. Ce faisant, les chercheurs expliquent avoir engendré 29 petites souris en bonne santé qui ont depuis grandi. Sept d’entre elles ont même engendré leur propre progéniture (12 petites souris).

Concernant les embryons résultants de matériels génétiques exclusivement masculins, les chercheurs expliquent avoir cette fois-ci injecté des noyaux de cellules souches mâles génétiquement modifiées avec le sperme d’une autre souris. Ils ont été mis dans des ovules où les chromosomes féminins avaient été supprimés. Pour le développement des embryons, les chercheurs ne sont pas passés par des mères porteuses, mais ont fait pousser du tissu placentaire grâce aux cellules souches de ces mêmes embryons. La méthode est plus compliquée, et visiblement moins efficace. Sur 500 embryons testés, seules deux petites souris ont réussi à naître, avant de mourir 48 heures plus tard.

Il ne s’agit ici que d’un début, et la technique semble à première vue inenvisageable chez l’Homme (pour des raisons techniques et éthiques). Mais cette nouvelle approche pourrait à terme permettre aux chercheurs de mieux appréhender certains troubles génétiques chez l’Homme, ou pourquoi pas de cloner certaines espèces menacées.

Source

Articles liés : 

Des scientifiques ont créé un vaccin contre le cancer 100 % efficace chez les souris

De minuscules cerveaux humains se sont développés chez les souris

Comment des nanofils d’or et de titane ont restauré la vision de souris aveugles