in

Des bactéries envoyées sur Mars pour convertir le CO2 en air respirable

Crédits : geralt / Pixabay

À l’occasion d’un concours organisé par la société Mars One, des étudiants et une équipe de scientifiques ont proposé d’envoyer sur Mars des bactéries qui seraient en mesure de transformer une partie du CO2 de la planète en oxygène. Si tout se passe comme prévu, ce projet pourrait se concrétiser dès 2018.

Au vu de son atmosphère composée à 96 % de CO2 et des températures extrêmement froides qui règnent à sa surface, le moins que l’on puisse dire c’est que l’environnement de Mars sera quelque peu inhospitalier pour les potentiels colons qui tenteront de s’y établir. Pour autant, un concept imaginé par une équipe composée d’étudiants et de scientifiques, appartenant à l’université de Darmstadt (Allemagne), pourrait bien venir faciliter la vie de ces explorateurs de demain.

Dans le cadre du concours « Mars One University Competition », l’équipe allemande a en effet eu l’idée d’utiliser des bactéries particulières pour recycler le CO2 présent dans l’atmosphère en oxygène. Ce procédé pourrait ainsi permettre à de nombreux colons de pouvoir vivre dans des systèmes clos avec un air indéfiniment renouvelé. De plus, la culture de telles bactéries permettrait également de « fournir de la nourriture et des vitamines importantes pour une alimentation saine », si l’on en croit les dires des initiateurs du projet.

Quelles sont ces créatures capables de telles prouesses ? Il s’agit des cyanobactéries, des micro-organismes qui, à l’instar des plantes, ont le pouvoir de transformer le dioxyde de carbone (CO2) en dioxygène (O2) via photosynthèse. Elles ont d’ailleurs joué un rôle déterminant dans l’émergence de la vie sur Terre puisqu’elles ont contribué à la formation de la couche d’ozone et à la diminution du taux de CO2 dans l’atmosphère, il y a de cela 2,5 milliards d’années.

Par ailleurs, ces bactéries particulièrement robustes sont capables de s’adapter à des environnements hostiles à la plupart des autres formes de vie. Elles devraient donc, en théorie, pouvoir prospérer sans aucune difficulté à la surface martienne.

Le projet, qui a atteint la deuxième place au concours, devrait être envoyé à destination de la planète rouge dès 2018 à l’aide du premier atterrisseur sans pilote de Mars One. Une fois arrivé sur place, le matériel attendra les premiers colons que la société envisage d’envoyer sur Mars aux alentours de 2025.

Source : Mars One

 

Maxime Feutry

Rédigé par Maxime Feutry

Passionné d’arts et de sciences, j'ai été durant plusieurs années rédacteur de Sciencepost avant de passer sous la casquette de correcteur. Curieux et intéressé par les autres cultures, j’espère très bientôt pouvoir voyager afin de les découvrir par moi-même.