in ,

Des autoroutes à caténaires pour un transport routier moins polluant ?

Crédits : Siemens

Et si l’on rendait les autoroutes électriques pour en limiter les pollutions ? Alors que diverses solutions sont à l’étude pour faire baisser les émissions de GES, l’Allemagne teste des autoroutes à caténaire pour les poids lourds. Ces derniers sont sans conteste les véhicules les plus polluants au sein du trafic routier.

Électrifier les autoroutes

Dans son ensemble, le transport routier est un désastre écologique, davantage que le transport aérien essuyant le plus régulièrement les critiques. Une publication du gouvernement français en février 2021 indiquait que les poids lourds (camions, bus et cars) représentaient en 2019 pas moins de 22 % des émissions de gaz à effet de serre du secteur des transports. Or, ce type d’engins compte seulement pour 2 % des véhicules en circulation.

Si certains constructeurs et autres sociétés telles que Daimler, Nikola ou encore Volvo planchent sur des camions embarquant des piles à hydrogènes, une autre solution consiste à électrifier les routes. Une expérimentation est actuellement en cours sur plusieurs autoroutes à proximité de Francfort (Allemagne), comme l’indique un communiqué publié par Siemens le 29 juillet 2021.

L’idée est d’alimenter les poids lourds de la même manière que les trains. En effet, il s’agit de les alimenter en électricité à l’aide d’un caténaire se trouvant au-dessus de la route. Les camions embarquent un pantographe qui, venant se frotter au caténaire, permettra d’alimenter les véhicules.

autoroute electrique camion 1
Crédits : Siemens

Un frein important malgré de nombreux avantages

Les avantages de ce dispositif baptisé eHighway sont nombreux. En effet, les poids lourds peuvent rouler avec leur moteur d’origine (classique ou électrique) et au moment d’entrer sur l’autoroute, déclenchent leur pantographe. Le but est simple : effectuer le trajet sur autoroute sans polluer. Par ailleurs, dans le cas des camions électriques, l’alimentation de la batterie est tout à fait possible avec ce système. En se rechargeant durant leur trajet sur autoroute, ces véhicules pourraient ne pas avoir besoin de s’arrêter dans une station de recharge sur toute la durée de leur périple, et donc gagner un temps précieux.

Pour l’instant, les tests concernent seulement des portions d’autoroute, chacune s’étalant sur une distance de 5 km. Selon Siemens, il est question d’évaluer l’efficacité de ce système pour les sociétés de fret, dont les camions font régulièrement des trajets aller-retour dans la région de Francfort. Par ailleurs, une étude de faisabilité laisse penser que la pose stratégique de 4 000 km de caténaires pourrait couvrir pas moins du 60 % du transport autoroutier en Allemagne.

Siemens a mis sur pied ce projet avec l’agence allemande de gestion des autoroutes (Autobahn GmbH) et Traton, maison mère des fabricants Scania, MAN et Navistar. Le seul frein à cette entreprise n’est autre l’important investissement en infrastructures. Or, le gouvernement allemand qui devra assumer cet investissement hésite encore à faire le grand saut. Enfin, les porteurs du projet désirent à terme étendre le concept à toute l’Europe et ainsi homogénéiser la pratique sur tout le continent.