in ,

Des appareils auditifs de plus en plus perfectionnés !

Crédits : peakSTOCK / iStock

Dès lors que les premiers signes de baisse auditive se font sentir, il devient question de réaliser un bilan auditif fiable et complet. Ensuite, en fonction des résultats obtenus, on peut avoir besoin de s’équiper. Or, les appareils auditifs les plus récents offrent un meilleur confort et une meilleure qualité sonore, notamment grâce à l’amélioration des logiciels.

Le bilan auditif, première étape

Les signes d’une perte ou d’une baisse auditive sont nombreux. Il peut s’agir de bruits dans les oreilles, d’otites à répétition, de gêne auditive dans un environnement bruyant ou encore de difficultés à suivre une conversation à plusieurs (ou au téléphone). Pratiques et faciles à réaliser, les tests en ligne ne sont pas fiables à 100% pour autant. Ils peuvent être des indicateurs mais ne remplacent absolument pas une visite chez l’ORL ou un audioprothésiste dans un centre auditif pour réaliser un bilan auditif gratuit.

Ce bilan auditif intègre plusieurs types d’examens, à savoir le test vocal et le test tonal. Il s’agit de mesurer l’audition à différentes fréquences dans le but d’obtenir un audiogramme, c’est-à-dire une courbe graphique représentant un seuil auditif. Ce seuil n’est autre que l’intensité sonore (en décibels – dB) sous laquelle le patient n’entend plus aucun son (suivant les fréquences). Rappelons au passage qu’un seuil auditif normal se situe généralement entre 0 et 20 dB. Ainsi, l’audiogramme permet le contrôle de la qualité de l’audition ainsi que la détection d’une possible perte auditive. En cas de perte, il s’agit également de mesurer son niveau de gravité.

audiogramme
Exemple d’audiogramme.
Crédits : Welleschik / Wikipedia

Les appareils auditifs ont beaucoup progressé

Après être passé par la case bilan auditif, il s’agit de s’équiper si besoin. Comme l’explique Tendance Ouest dans un article du 21 mai 2021, le domaine des appareils auditifs a récemment subi une véritable révolution, en passant de l’analogique au numérique. L’intelligence artificielle n’a cessé de progresser dans son rapprochement de l’oreille humaine. Aujourd’hui, les appareils auditifs peuvent connecter les deux oreilles pour des compensations ou encore, analyser l’environnement dans le but d’améliorer la compréhension de l’utilisateur. Ils peuvent par exemple savoir si ce même utilisateur se trouve debout ou allongé, ou encore dans un véhicule tout en déterminant sa place (conducteur ou passager). Pour les appareils, l’objectif est simple : adapter leurs réglages.

Aujourd’hui, il est possible d’utiliser une sonde microphonique près du tympan afin de mesurer la cavité de résonance du conduit auditif. Le but ? Proposer des appareils sur-mesure pour un confort d’écoute optimal. Évoquons également certaines nouveautés, concernant notamment le design. Certains appareils auditifs ressemblent à des montures de lunettes à l’arrière de l’oreille ou encore, prennent l’apparence d’oreillettes (rechargeables) similaires à des écouteurs sans fil.

Enfin, il faut savoir que les appareils auditifs les plus récents sont quasiment tous équipés de la technologie Bluetooth. Ainsi, l’utilisateur a accès aux mêmes fonctions que les casques audio classiques, à savoir écouter la musique et même la télévision, via une connexion au moyen d’un boîtier spécial.