in

Des “anchois à dent de sabre” parcouraient les mers il y a 45 millions d’années

Crédits : Joschua Knüppe

D’énormes “anchois à dent de sabre” chassaient autrefois d’autres poissons dans les océans du globe, profitant probablement de la disparition des plus gros prédateurs.

Après l’extinction du Crétacé-Paléogène, qui a entraîné la disparition des dinosaures non aviens il y a 66 millions d’années, de nombreuses niches écologiques restées vacantes ont dû être comblées, aussi bien sur terre que dans les océans. Nous savons que les poissons à nageoires rayonnées ont notamment su saisir leur chance, apparaissant au premier plan des archives fossiles.

Parmi ces poissons figuraient notamment deux prédateurs nouvellement identifiés. Ces derniers ont récemment fait l’objet d’une analyse par des chercheurs de l’Université du Michigan. Les détails de ces travaux ont été publiés dans la revue Royal Society Open Science.

Des poissons à “dent de sabre”

Ces deux fossiles ont évolué il y a entre 41 et 55 millions d’années. Le premier, nommé Clupeopsis straeleni, a été décrit pour la première fois en Belgique, en 1946. Il mesurait entre 30 et 50 cm de long. Le second, nommé Monosmilus chureloides, a été retrouvé en 1977 au Pakistan. Il était resté depuis tout ce temps caché dans une collection de musée. Son fossile n’est que partiel, mais les chercheurs estiment qu’il mesurait près d’un mètre de long.

Des analyses récentes réalisées grâce à une technique d’imagerie médicale haute définition ont permis aux chercheurs de constater que ces deux spécimens étaient des poissons à nageoires rayonnées étroitement liés aux anchois modernes.

Aujourd’hui, ces petits poissons ont de toutes petites dents leur permettant de se nourrir de plancton. Cependant, leurs ancêtres étaient quant à eux munis d’une dentition beaucoup plus imposante et tranchante. Tous deux arboraient également une “dent de sabre” tombant de la mâchoire supérieure, probablement utilisée pour empaler de grosses proies.

anchois
Le fossile de Clupeopsis straeleni. Crédits : Capobianco et coll., RSOS, 2020

Cette découverte inattendue met en évidence “l’extraordinaire bricolage évolutif qui a suivi l’événement d’extinction de la fin du Crétacé“, souligne le magazine Science, avec des anchois à dents de sabre vivant aux côtés de groupes de poissons familiers qui peuplent les océans d’aujourd’hui. Comprendre l’évolution et l’adaptation de la vie marine durant cette période pourrait aider les chercheurs à mieux appréhender les processus évolutifs à l’oeuvre suite aux événements d’extinction de masse.

Pour en revenir à nos deux anchois à dent sabre, il est aujourd’hui impossible de savoir exactement comment et pourquoi C. straeleni et M. chureloides se sont éteints. Selon les paléontologues, il est probable qu’ils aient été surclassés par des prédateurs rivaux.

Source