in

Dernier baiser entre deux étoiles avant une fin cataclysmique

Crédits : Capture vidéo

Dans la Nébuleuse de la Tarentule se trouve le système d’étoile binaire appelé VFTS 352. Ces deux étoiles, situées à 160 000 années-lumière de distance, ont été observées se rapprochant jusqu’à se toucher pour un « dernier baiser » avant une fin cataclysmique. 

En utilisant le Very Large Telescope de l’Observatoire européen austral (ESO), situé en Allemagne, une équipe internationale d’astronomes a pu observer ce système d’étoile binaire, le plus chaud et le plus massif jamais découvert, situé dans la Nébuleuse de la Tarentule.

Ces deux étoiles, qui orbitent l’une autour de l’autre en un peu plus d’une journée, sont proches au point de se toucher, partageant au moins 30 % de leur matériel ce qui génère une chaleur extrême. On appelle cela « overcontact binary ». Ces deux étoiles sont particulièrement massives puisque la masse totale de ce système est équivalente à 57 fois celle de notre Soleil, avec une température de surface de 40 000 °C, quand celle de notre Soleil est de 5 500 °C. « Ce type d’intimité cosmique entre des étoiles est extrêmement rare à trouver, en grande partie parce que l’intense proximité ne dure pas très longtemps ».

Ce « dernier baiser » réserve un sort particulièrement cataclysmique au système VFTS 352, un sort qui peut avoir lieu de deux manières différentes. « Si elle (l’étoile binaire) continue de tourner rapidement, elle pourrait finir sa vie dans l’une des explosions les plus énergétiques de l’Univers, connu comme un sursaut gamma de longue durée » explique le responsable scientifique Hugues Sana de l’université de Louvain en Belgique. Dans ce cas-là, les deux étoiles finiraient par fusionner pour ne former plus qu’une gigantesque étoile.

Le second scénario serait tout aussi impressionnant, et constituerait une grande première pour l’observation astronomique, à savoir la création d’un double trou noir. « Si les étoiles se mélangent assez bien, elles resteront toutes deux compactes et le système VFTS 352 pourrait éviter la fusion. Cela conduirait les objets dans une nouvelle voie d’évolution qui est complètement différente des classiques prédictions d’évolution stellaire » explique Selma de Mink de l’université d’Amsterdam aux Pays-Bas. « Dans le cas de VFTS 352, les composants finiraient probablement leur vie dans des explosions de supernovae, formant un système binaire à proximité des trous noirs. Un tel objet serait une source intense d’ondes gravitationnelles » conclut-elle.

Source : ESO