in

Le dernier Atlas du National Geographic montre l’impressionnante fonte de la calotte glaciaire

Crédits : NASA

Parue en septembre 2014, la dernière version du « National Geographic Atlas of The World » dresse à travers ses cartes un constat alarmant, la réduction impressionnante de l’espace occupé par la calotte glaciaire. 

« La fonte de la calotte glaciaire a forcé le National Geographic à réaliser le plus gros changement dans son atlas depuis la chute de l’Union soviétique ». Cette phrase, c’est celle du Président américain Barack Obama, prononcée lors de son fameux discours pour faire connaître ses plans pour combattre le réchauffement climatique, le lundi 3 août dernier.

Cette phrase prononcée par le président américain, que l’on pourrait apparenter à un énième argument politique, reflète pourtant la vérité. « Oui, Mr le Président, nous avons refait notre Atlas pour qu’il reflète la réduction de la surface glaciaire », titre le National Geographic, qui ajoute dans son article qu’il s’agit là de « l’un des changements les plus frappants dans l’histoire de la publication ». L’animation que propose le magazine est encore plus parlante.

« La fin de l’été arctique est dans quelques semaines, et il est trop tôt pour dire si un nouveau record sera battu. Mais il suffit de regarder les cartes issues d’images satellites pour voir l’impact du réchauffement climatique », déclare Juan José Valdés, du National Geographic.

Des cartes qui ont comme toujours été contestées, mais comme l’annonce le magazine Slate, les chiffres sont bel et bien là : La Nasa avance une réduction de la calotte glaciaire à hauteur de 12 % par an depuis les années 1970, avec des chiffres qui empirent régulièrement depuis 2007. La glace est en effet plus fine et reflète donc moins le soleil, réchauffant ainsi l’océan ce qui affaiblit encore un peu plus la glace.

Sources : Nationalgeographic, Slate