in ,

Depuis deux ans, une lionne développe une crinière

lionne crinière
Crédit : Visit Topeka

Une lionne âgée de 18 ans du zoo de Topeka, dans le Kansas (États-Unis), a développé une crinière. Il s’agit d’un phénomène très rare parfois observé à la fois en captivé et dans la nature. Comment expliquer cette « fantaisie » ?

Le lion est le seul félin à développer une crinière. À quoi sert-elle ? Charles Darwin fut l’un des premiers à suggérer l’idée que cette touffe de poils pourrait constituer une bonne défense contre le seul danger auquel ce félin est exposé, à savoir l’attaque de lions rivaux. Depuis les années 70, nous savons toutefois que cet attribut sert en réalité principalement à attirer les femelles (sélection sexuelle). Par ailleurs, nous savons que la crinière est un signe de dimorphisme sexuel qui se développe à la puberté. Autrement dit, seuls les mâles en ont une, du moins normalement.

En effet, plusieurs lionnes ont déjà été repérées avec une crinière. Le phénomène s’est produit à quelques reprises dans des zoos du monde entier, dont un cas en 2011 en Afrique du Sud et un cas en 2018 au zoo d’Oklahoma City. En 2016, un article du Journal of African Ecology avait également décrit une poignée de cas signalés au Botswana, à l’état sauvage.

Plus récemment, Zuri, une lionne de 18 ans, a commencé à développer sa crinière fin 2020 au zoo de Topeka. Comment expliquer ce phénomène ?

lionne crinière
Zuri avec et sans crinière. Crédits : Visit Topeka

Probablement hormonal

Dans le cas des lions sauvages, aucune donnée hormonale ni ADN n’ayant été prélevé, il est difficile d’expliquer la croissance de ces crinières. La femelle du zoo d’Oklahoma City avait cependant quant à elle montré une surproduction d’androstènedione. Il s’agit d’une hormone que le corps utilise pour produire la testostérone, une hormone masculinisante.

Pour le cas de Zuri, la lionne a passé tous ses examens de santé standard. Et pour cause, à dix-huit ans, la femelle a largement dépassé la durée de vie d’un lion à l’état sauvage. Dans les zoos, l’espérance de vie médiane des lions est également moins élevée (14,5 ans).

Comme c’est le cas pour de nombreux félins très âgés, Zuri souffre d’une maladie rénale actuellement contenue par l’alimentation et les médicaments. Elle souffre également d’arthrite. Cependant, les vétérinaires n’ont aucune raison de croire que la croissance de sa crinière est un signe de mauvaise santé. Ils n’ont pas commandé de tests hormonaux spécifiques parce que ces derniers ne font pas partie intégrante du bilan de santé. Néanmoins, ils soupçonnent que la lionne pourrait effectivement subir des changements hormonaux à cause de son âge très avancé.

À noter que la crinière de Zuri, qui a commencé à pousser peu de temps après la mort du dernier mâle du zoo, n’est pas aussi pleine que celle d’un lion adulte. Elle ressemble fondamentalement à celle d’un adolescent. La lionne semble néanmoins plus fougueuse depuis qu’elle est apparue. Elle grogne et rugit en effet plus souvent que d’ordinaire.