Quelles sont les demi-vies des isotopes et pourquoi sont-elles importantes ?

isotopes demi-vies
Crédits : gorodenkoff/istock

Le concept de demi-vie des isotopes se révèle être un outil puissant pour explorer l’histoire de notre planète. Mais qu’est-ce qu’une demi-vie, comment fonctionne-t-elle et qu’est-ce qu’un isotope ? Nous faisons le point.

Les isotopes stables et instables

Chaque atome a un noyau composé de protons et, sauf pour la plupart des atomes d’hydrogène, de neutrons. Le nombre de protons identifie l’élément. Par exemple, l’oxygène a 8 protons, le fer en a 26, et l’or 79. Toutefois, le nombre de neutrons peut varier. Deux atomes ayant le même nombre de protons et de neutrons constituent le même isotope, mais s’ils ont un nombre différent de neutrons, ils sont considérés comme des isotopes différents du même élément. Les isotopes sont généralement désignés par l’élément suivi du nombre total de neutrons et protons.

Par ailleurs, certains isotopes sont stables, c’est-à-dire qu’ils ne se désintègrent pas au fil du temps. En revanche, la plupart des éléments ont aussi des isotopes instables qui se désintègrent lentement, émettant des radiations et se transformant en d’autres éléments. Prenons l’exemple du carbone où le carbone 12, composé de six protons et six neutrons, est stable et perdure. Cependant, le carbone 14 est radioactif et se désintègre progressivement. C’est là que la demi-vie intervient. La demi-vie est la période au cours de laquelle la moitié des atomes d’un isotope donné se désintégrera.

L’exemple du carbone 14

La datation au carbone 14 est un excellent exemple du principe de la demi-vie. Celui-ci se transforme en azote 14 par désintégration radioactive, libérant des particules bêta dans le processus. Cette transformation est due à la demi-vie du carbone 14, qui est d’environ 5 700 ans. Concrètement, cela signifie qu’après 5 700 ans, la moitié du carbone 14 présent dans un organisme s’est transformée en azote 14, tandis que l’autre moitié est restée sous forme de carbone 14.

Naturellement, nous pourrions nous attendre à ce que dans 5 700 ans, le reste du carbone 14 se soit également désintégré, ne vous laissant que de l’azote, mais ce n’est pas ainsi que cela fonctionne. Au lieu de cela, à chaque demi-vie suivante, la moitié restante se désintègre à son tour, réduisant la quantité d’isotopes présente.

Ainsi, si vous stockez un kilogramme de carbone 14, 5 700 ans plus tard, vos descendants disposeront de 500 g de carbone 14 et de 500 grammes d’azote 14. Environ 5 700 ans plus tard, la moitié du carbone 14 restant se désintégrera, laissant derrière lui 250 g. Patientez encore 5,7 millénaires, et il n’en restera que 125 g, et ainsi de suite. Ce processus continue jusqu’à ce que le nombre d’atomes restants soit si faible que leur comportement devient imprévisible.

datation radiocarbone datation au carbone 14 isotopes
Crédits : Mariana-Rusanovschi/iStock

Des données essentielles

Sur le plan scientifique, les demi-vies sont essentielles pour dater des objets, car elles sont plus ou moins prévisibles.

Par exemple, la datation au carbone 14 permet de déterminer l’âge des objets organiques anciens. Les plantes absorbent du carbone de l’atmosphère, y compris une petite quantité de carbone 14. Lorsque ces plantes ou les animaux qui les consomment meurent, cet élément commence à se désintégrer, tandis que les isotopes stables, comme le carbone 12 et 13, restent inchangés. En mesurant la quantité de carbone 14 restant dans un échantillon, les scientifiques peuvent alors estimer son âge.

Cependant, il existe des limites à cette méthode de datation. Au bout d’un certain temps, il reste en effet trop peu de carbone 14, rendant ainsi difficile la datation d’objets très anciens. De plus, les activités humaines, telles que la combustion de combustibles fossiles et les essais nucléaires, ont modifié les ratios de carbone atmosphérique, compliquant également la datation.

Le carbone 14 n’est ici qu’un exemple. Il existe de nombreux autres isotopes radioactifs, chacun avec sa propre demi-vie. Par exemple, l’uranium 238 a une demi-vie d’environ 4,5 milliards d’années. Cet isotope est important pour la datation des roches anciennes et la détermination de l’âge de la Terre. Le potassium 40 a quant à lui une demi-vie d’environ 1,3 milliard d’années. Il est utilisé pour dater des roches volcaniques et des minéraux. Un dernier exemple est le césium 137, formé lors d’essais nucléaires et d’accidents nucléaires, et sa demi-vie d’environ 30 ans.