in ,

Demain, un robot humanoïde s’envolera pour l’ISS

Crédits : Roscomos

Ce jeudi, un robot humanoïde russe baptisé “Fedor” s’envolera pour l’ISS à bord d’une fusée Soyouz. Avec la Lune en ligne de mire.

Les astronautes actuellement à bord de l’ISS s’apprêtent à accueillir un nouvel occupant un peu particulier : le Skybot F-850. Plus communément appelé “Fedor”, ce robot humanoïde d’1,80 mètre pour environ 100 kilos sur la balance s’élancera depuis le Kazakhstan ce jeudi à bord d’une fusée Soyouz MS-14. Il devrait intégrer la station deux jours plus tard, avant de revenir sur Terre le 7 septembre prochain. Une initiative russe qui s’inscrit dans un projet plus large visant à envoyer des robots sur la Lune. Et pourquoi pas au-delà.

Les robots avant, les Hommes après

À la base, “Fedor” a été pensé et construit il y a quelques années pour être envoyé sur des opérations de sauvetage, ici sur Terre. Au milieu de décombres, par exemple. Mais ses capacités exceptionnelles ont finalement amené ses concepteurs – Android Technics et le Advanced Research Fund – à imaginer des options beaucoup plus…. élargies. L’évolution en milieu spatial est l’une de ces options. L’agence russe Roscosmos, qui ambitionne de s’établir durablement sur la Lune, imagine en effet envoyer ces robots en premier lieu pour évaluer les risques potentiels auxquels seront confrontés ses cosmonautes. Ils pourraient également permettre la construction d’une base lunaire.

« Nous enverrons dans un premier temps des robots humanoïdes sur place, et seulement après cela nous enverrons des humains, après avoir étudié tous les risques et appris à les gérer », a en effet déclaré le mois dernier Dmitry Rogozin, directeur général de Roscosmos. Pour l’heure, l’idée consiste à s’exercer dans un environnement spatial proche. En ce sens, l’ISS est le terrain de jeu idéal. Notez que le robot a été créé pour reproduire le mouvement d’un opérateur distant. C’est le cosmonaute Alexander Skvortsov, formé à sa manipulation, qui devrait accueillir “Fedor” dans les prochains jours.

Un robot également autonome

Notons par ailleurs que si le robot est effectivement pensé pour répondre aux commandes d’un opérateur, il peut également être autonome pour certaines taches. Alexander Bloshenko, conseiller scientifique de Roscosmos, a notamment déclaré que Fedor serait en mesure de communiquer avec l’équipage de l’ISS. « Comme toute personne, le Skybot F-850 est très sociable, il a le sens de l’humour. Il peut soutenir n’importe quel sujet de conversation et répondre à une variété de questions : discours de bienvenue, poursuite d’un discours sur ses créateurs et conclusion avec la philosophie de l’espace ».

Une fois de retour sur Terre, les données récoltées durant l’expérience seront analysées, puis serviront de base au développement de robots futurs. Notez que ce n’est pas la première fois qu’un robot doté d’une intelligence artificielle s’envole pour l’ISS. En 2011, la NASA avait envoyé Robonaut 2 dans le but d’assister les astronautes pour les tâches de maintenance.

Articles liés :

Ce robot-cafard pourrait sauver des vies après une catastrophe

Les tardigrades ont-ils colonisé la Lune ?

La Lune serait plus vieille qu’on ne le pensait