in

Demain, un nouveau robot de la NASA s’envole pour Mars pour tenter de comprendre ce qui provoque ses tremblements

Le lanceur Space Launch System développé par Boeing et la NASA Crédits : NASA

La NASA ambitionne d’explorer les sous-sols de Mars. Pour ce faire, l’agence américaine s’appuiera sur sa merveille technologique : InSight. Doté d’un sismomètre et d’un capteur de flux de chaleur s’enfonçant jusqu’à cinq mètres sous la surface du sol, l’engin permettra aux chercheurs d’en apprendre davantage sur les entrailles de la planète. Décollage prévu ce samedi.

Explorer la surface martienne, les rovers le font très bien. Ce que veut la NASA maintenant, c’est explorer les entrailles de la planète rouge. Pour ce faire, les chercheurs s’appuieront sur sa nouvelle mission InSight, qui devrait normalement quitter la Californie et le sol terrestre ce samedi. InSight devrait atterrir sur le sol martien en novembre 2018, non loin de l’équateur et déploiera deux panneaux solaires. Il plantera ensuite ses deux instruments principaux dans le sol : un sismomètre et une sonde mesurant la chaleur. Si tout se passe bien, pendant deux années terrestres (une année Mars), ce nouveau robot écoutera les vibrations qui se produisent sous la surface de la planète pour répondre à quelques questions fondamentales sur la formation des planètes rocheuses, y compris la nôtre.

Les tremblements de Mars, tout comme les tremblements de terre, sont des vibrations qui se déplacent dans le sol. Mais la façon dont ces tremblements se forment sur la planète rouge peut être fondamentalement différente que sur notre planète. Et il s’avère que ces différences pourraient aider les scientifiques à mieux comprendre à quoi ressemblait la Terre primitive.

Crédits : Nasa

Pour la plupart, les tremblements de terre sur notre planète se produisent à cause de la tectonique des plaques, qui composent la couche externe de la Terre, glissant sur le manteau. Ces plaques tectoniques sont constamment en mouvement – se déplaçant entre 5 à 10 centimètres chaque année – se heurtant parfois, ou glissant l’une sur l’autre. Lorsqu’une plaque se retrouve « coincée », elle stocke l’énergie qu’elle utiliserait normalement pour se déplacer pour finalement la libérer sous forme d’ondes sismiques – provoquant ainsi des secousses. Mais Mars n’a pas de coque externe fragmentée comme la Terre.

Qu’est-ce qui provoque alors les tremblements de Mars ? C’est à cette question que devra répondre la mission. Mais ce n’est pas tout. Les ondes sismiques, voyageant à travers la planète, recueillent des informations en cours de route. Différents matériaux souterrains reflètent les ondes sismiques de différentes manières, et à partir de ces différences, les scientifiques seront en mesure de comprendre la composition de l’intérieur de Mars. La planète rouge étant encore aujourd’hui très calme sur le plan géologique, elle devrait normalement avoir conservé ses « empreintes digitales », contrairement à la Terre dont l’histoire fut balayée par le barattage et le recyclage constant de la croûte terrestre.

Donc, en analysant les ondes sismiques à l’intérieur de Mars, les chercheurs seront en mesure de « reconstruire » son histoire », en quelques sorte. Et puisque toutes les planètes rocheuses se sont formées de la même manière, avant de radicalement diverger pendant des milliards d’années, analyser les entrailles de Mars pourrait nous en dire beaucoup sur la façon dont notre propre planète s’est formée.

La sonde devrait normalement décoller depuis le Complexe de lancement spatial 3E de la base aérienne Vandenberg de l’US Air Force à 7h05 HAE, soit 14h05 heure française. La fenêtre de lancement sera d’environ deux heures. Vous pourrez suivre le décollage directement sur le site officiel de la NASA.

Source