in

Alors, il a quel goût ce vin de l’espace ?

Crédits : Christophe Ena

Douze bouteilles de Petrus ont séjourné quelques mois à bord de la Station spatiale internationale, accompagnées de quelques vignes. Les notes de dégustation ont été dévoilées ce mercredi à la mairie de Bordeaux. Résultat : l’apesanteur n’a pas ruiné le vin, et a semblé dynamiser les plantes.

Il y a un peu plus d’un an, la start-up Space Cargo Unlimited envoyait douze bouteilles de Petrus 2000 à bord de la station spatiale internationale, ainsi que 320 plants de vigne. Cette expérience venait s’inscrire dans un effort à plus long terme visant à rendre les plantes plus résistantes au changement climatique et aux maladies en les exposant à de nouveaux stress, mais également à mieux comprendre le processus de vieillissement du vin.

L’un de ces précieux breuvages est revenu sur Terre en janvier dernier et vient d’être testé par douze experts. Ces derniers y sont allés à l’aveugle, comparant ce vin à une bouteille du même millésime qui avait séjourné dans une cave. Les deux bouteilles ont été débouchées délicatement à l’Institut de Recherche sur le Vin et la Vigne de Bordeaux. Les experts ont reniflé solennellement, ont regardé fixement et ont finalement siroté ces deux alcools.

vin
Crédits : Christophe En

Un vin différent, mais toujours très bon

La première interrogation était de savoir si le vin spatial avait survécu à son voyage dans l’espace ? La réponse est oui. Seconde question : y a-t-il des différences avec le vin resté sur Terre ? Là encore, la réponse est oui. Jane Anson, l’une des dégustatrices, évoque notamment des “tanins un peu plus soyeux, un peu plus évolués“, ainsi que des notes “un peu plus florales“.

Avec mon expérience du Petrus 2000, je peux même dire que j’aurais donné deux ou trois ans de plus à ce vin qui a voyagé dans l’espace“, explique-t-elle. “Bien sûr, ce n’était qu’une seule bouteille, il y a d’autres tests à faire, mais c’est ce que j’ai ressenti“.

Plus généralement chercheurs ont déclaré que chacun des douze panélistes avait eu une réaction individuelle. Certains ont observé des reflets orangés, quand d’autres ont évoqué des arômes de cuir séché ou respiré une odeur de feu de camp. En tout cas, tous se sont entendus sur une chose : les deux vins étaient très bons !

Certains pensent à l’espace, d’autres à la Terre

Ces travaux sont encore préliminaires, mais ils pourraient ouvrir la voie à la culture du raisin et à la vinification dans l’espace. Cette industrie naissante “tient au désir d’entrepreneurs américains et de grandes agences américaines, chinoises, mondiales d’aller sur la Lune, d’aller sur Mars“, souligne Nicolas Gaume, cofondateur de Space Cargo Unlimited, qui a organisé cette expérience.

Les extraits de vigne ont quant à eux non seulement également survécu au voyage, mais ont également poussé plus vite que les vignes sur Terre, malgré des accès à l’eau et à la lumière limités. Une fois que les chercheurs auront déterminé pourquoi, ils pourront développer des vignes terrestres plus robustes.