in

Dégradation des sols : la France est l’un des pires pays en Europe

village
Crédits : LuPa Creative / iStock

La France est l’un des moins bons élèves en Europe en matière d’artificialisation des sols. Notre pays dégrade en effet de plus en plus de terres chaque année, en particulier pour le logement. Cette situation qui n’est visiblement pas près de s’arranger.

La France artificialise énormément ses sols

En avril 2022, l’ONG Save Soil Movement expliquait en quoi les sols sont importants et pourquoi il faut les préserver. Par ailleurs, et ce au moyen d’une carte très précise, l’organisation affirmait que la majorité des sols de notre planète sont dégradés – ou très dégradés – et que tous les continents sont concernés par le problème. Or, comme l’explique l’association France Nature Environnement dans un dossier publié le 5 septembre 2022, la France fait partie des pays européens dégradant le plus leurs terres.

La France construit beaucoup et de plus en plus partout. Chaque année, 200 à 300 km² de terres naturelles sont transformées en terres artificielles. Cette surface est équivalente à presque trois fois celle de la ville de Paris. Il est ici question d’artificialisation des sols, c’est-à-dire lorsque des terres sont détériorées et transformées pour accueillir des activités humaines.

France Nature Environnement indique que la France fait partie des champions d’Europe en matière d’artificialisation des sols. En 2014, la France artificialisait 47 km² pour 100 000 habitants contre 41 km² en Allemagne ou 26 km² en Italie.

littoral
Crédits : MonikM / iStock

Un constat préoccupant

Environ 30 000 hectares d’espaces naturels disparaissent chaque année en France, incluant les forêts, le littoral ainsi que les champs. Cette situation découle principalement de la réponse aux besoins grandissant des Français en matière de logement, et ce dans un contexte d’augmentation de la population. Entre 2017 et 2019, l’habitat représentait 68 % des terres artificialisées et le reste concernait les infrastructures de transport (routes, rails), les activités économiques (commerces, loisirs) et aujourd’hui également le e-commerce (entrepôts). Les lieux les plus touchés en France sont la façade Atlantique ainsi que le pourtour méditerranéen. Par ailleurs, 20 % des communes françaises sont responsables de 81,7 % de la consommation d’espaces.

Selon le ministère de la Transition écologique, l’artificialisation des sols est aujourd’hui l’une des causes premières du changement climatique et de la disparition de la biodiversité. Autrement dit, artificialiser les sols revient à supprimer des écosystèmes sur terre et sous terre, à réduire la capacité des sols à nourrir la faune et la flore et, évidement, à altérer la capacité de ces mêmes sols à stocker le CO2.

Pour France Nature Environnement, le programme « zéro artificialisation nette » inclus dans le Plan Biodiversité du gouvernement est insuffisant. L’association estime que si aucune mesure concrète n’est adoptée en France, le pays artificialisera 280 000 hectares d’espaces naturels supplémentaires d’ici 2030, soit une surface plus grande que celle du Luxembourg.