in

Déforestation : 2020, nouvelle année noire pour l’Amazonie ?

Crédits : crustmania / Flickr

Sur les quatre premiers mois de cette année, l’Amazonie a déjà perdu 1 202 km² de forêt. Il s’agit là d’une tendance très inquiétante alors que la saison sèche n’a pas encore commencé. Malgré le fait que Jair Bolsonaro ait autorisé l’envoi de l’armée sur place, la situation est déplorable.

L’armée déployée en Amazonie

Président du Brésil depuis 2018, Jair Bolsonaro est souvent désigné comme responsable d’une situation de plus en plus préoccupante en Amazonie. Depuis son arrivée au pouvoir, l’intéressé soutient ouvertement les industries et semble encourager les actions de déforestation. En septembre 2019 après les terribles incendies qui ont ravagé la forêt amazonienne, Jair Bolsonaro s’est attaqué aux ONG qui le pointaient du doigt.

Et pourtant, comme l’explique Le Monde dans un article du 9 mai 2020, le président a autorisé l’envoi de l’armée en Amazonie. L’objectif ? Lutter contre la déforestation et les incendies entre le 11 mai et le 10 juin. Il faut dire que, depuis le début de l’année, la situation se dégrade encore davantage dans la zone. Cependant, pour les défenseurs locaux de l’environnement, il serait plus utile d’augmenter les budgets et les effectifs des agences environnementales.

Amazon Burnt
Les terribles incendies de 2019 restent dans toutes les mémoires. Crédits : Victor Moriyama / Greepeace

2020 débute très mal

Malheureusement, il y a de fortes chances que l’année 2020 soit encore un mauvais cru pour la forêt amazonienne. L’Institut national de recherches spatiales (INPE) brésilien a en effet publié des chiffres laissant peu de place à l’optimisme. Entre janvier et avril, 1 202 km² de forêt ont tout simplement disparu. Or, il s’agit là d’une déforestation 55 % plus importante que celle observée à la même période l’an dernier. Pire encore, cette surface déforestée est la plus importante depuis 2015, toujours en considérant les quatre premiers mois de l’année. Au passage, rappelons tout de même que la déforestation en Amazonie brésilienne a progressé de 85 % l’an dernier, à savoir sur 10 123 km². C’est la première fois que le seuil symbolique des 10 000 km² est dépassé depuis 2008, année où l’INPE a commencé ses relevés.

Les craintes sont d’autant plus grandes que la saison sèche n’a pas encore débuté en Amazonie. Or, cette saison débutant vers la fin mai est très favorable aux incendies. Reste à savoir si le déploiement de l’armée sur un mois sera suffisant pour endiguer les différentes activités illégales accélérant la perte de la forêt. Les principaux accusés ? Les coupes de bois sauvages, l’extraction minière ou encore l’activité agricole pratiquée sur des terres protégées.