in

C’est quoi une personne bipolaire ?

Crédits : Pixabay / geralt

Le terme « bipolaire » est assez souvent utilisé à tort pour qualifier quelqu’un. Néanmoins, cette notion est pourtant relative à un trouble bien réel, que les spécialistes considèrent comme un « trouble grave de l’humeur ».

Le trouble bipolaire n’est pas simple, puisqu’il est question de phases d’exaltation et de baisse de moral séparées par des moments durant lesquels l’humeur est normale. Ainsi, une personne atteinte par ce trouble peut voir son énergie augmenter au point même de devenir hyperactive, puis au contraire subir une chute la conduisant vers une sorte d’état dépressif. Il est ainsi possible de parler de sommets et de gouffres.

Les phases euphoriques peuvent s’accompagner d’une diminution du temps de sommeil, d’une fulgurance dans les idées, d’une volonté accrue de communiquer, d’une suractivité, d’une mégalomanie et éventuellement d’une recherche de sensations fortes, ce qui peut représenter un danger. Les phases dépressives sont parfois si intenses que l’individu aura du mal à sortir de chez lui. Par ailleurs, la personne atteinte de trouble bipolaire aura beaucoup de mal à trouver un équilibre entre ces deux types de phases.

Alors qu’il s’agit d’une des maladies psychiatriques les plus fréquentes – puisque celle-ci toucherait entre 1 et 2,5 % de la population – le trouble bipolaire fait encore l’objet de recherches afin de fermement déterminer sa cause.

Comme l’explique Science & Vie, différentes pistes sont explorées dont celle d’un dérèglement de l’horloge biologique dans lequel le gène Clock serait impliqué, ce dernier étant actif dans le contrôle des rythmes journaliers régulant l’appétit ou encore le sommeil. Par ailleurs, il pourrait s’agir d’un dysfonctionnement des mitochondries, responsables de la production de l’énergie nécessaire à la bonne forme de nos cellules.

Il existe bien un remède et celui-ci a pour mission de réguler l’humeur. En revanche, utilisé depuis XIXe siècle, ce traitement à base de lithium est prescrit à des doses réduites en raison des effets secondaires qui l’accompagnent, à savoir la prise de poids, la chute des cheveux ou encore la baisse de la libido.

Sources : Science & ViePasseport Santé