in

Découvrez la toute première image de la surface visible de la supergéante rouge Bételgeuse

Crédits : Wikipedia

Grâce au nouveau système d’optique adaptative extrême installé sur le Very Large Telescope, une équipe internationale d’astronomes ont pu capturer la première image de la surface visible de la supergéante rouge Bételgeuse.

Zoom sur l’étoile supergéante rouge Bételgeuse. Mesurant plus de un milliard de kilomètres de diamètre et se situant à 470 années-lumière de la Terre, Bételgeuse l’une des étoiles les plus belles, brillantes et colorées du ciel, scrutée avec fascination par les astronomes depuis près d’un siècle. Plus récemment, le Very Large Telescope et son optique adaptative Sphere ont permis de détailler avec une précision sans précédent la coquille de poussières qui entoure l’étoile. Une étape décisive qui permet de mieux comprendre l’évolution chimique de l’univers.

Bételgeuse, qui devrait mourir dans le prochain million d’années, perd de la matière à un taux de plusieurs fois la masse de la Terre chaque année, enrichissant ainsi son environnement en éléments chimiques produits par les réactions nucléaires. Ces éléments forment alors des panaches de poussière au fur et à mesure qu’ils s’éloignent et se refroidissent. En ce sens, les étoiles évoluées comme Bételgeuse jouent un rôle central dans l’évolution chimique de l’Univers. Mais le processus physique permettant à la matière d’être éjectée de la surface de l’étoile reste cependant largement mystérieux…

C’est la raison pour laquelle Bételgeuse fut passée au crible, observée en mars 2015 par une équipe internationale menée par Pierre Kervella, astronome de l’Observatoire de Paris, à l’aide de l’instrument SPHERE, un système d’optique adaptative extrême installé sur le Very Large Telescope de l’Observatoire Européen Austral (ESO). Sur les images, la surface de Bételgeuse apparaît irrégulière, entourée de panaches gazeux. Des asymétries qui nous montrent que la perte de masse de ce type d’étoile est certainement liée à la présence de forts mouvements convectifs à leur surface. Un peu comme une casserole qui bout sur le feu.

Ces observations apportent ainsi de précieux indices sur la manière dont les étoiles massives perdent leur matière et « nourrissent » notre espace. Des infos décisives, puisque l’évolution chimique de l’Univers est essentiellement assurée par ces géantes.

Crédits : Wikipedia

Source : techno-science