in

Des momies aplaties de créatures découvertes 250 millions d’années après leur extinction

Crédits : Roger Smith

Au début du trias, des spécimens du genre Lystrosaurus de la taille de sangliers se sont regroupés, sont morts, se sont ratatinés sous l’effet de la sécheresse, puis se sont fossilisés. Plus de 250 millions d’années plus tard, leurs corps autrefois trapus apparaissent tout aplatis, en témoignent les impressions de leur peau caillouteuse toujours présentes dans les roches de la région du Karoo, en Afrique du Sud.

Lystrosaurus (« lézard pelle » en grec ancien) est un genre éteint de dicynodontes. Ces animaux de l’ordre éteint des thérapsides (ou reptiles mammaliens) ont vécu il y a entre 259 et 247 millions d’années. Physiquement, imaginez des créatures fouisseuses grandes comme des cochons munies d’un bec et d’une paire de défenses au niveau de la mâchoire supérieure.

Les lystrosaures étaient parmi les rares survivants de l’extinction massive du Permien-Trias qui a anéanti plus de 70 % des vertébrés terrestres et 96 % des animaux marins de la planète il y a environ 252 millions d’années. La découverte de nouveaux fossiles incroyablement bien conservés dans le sud du bassin sud-africain du Karoo confirme que ces animaux ont peut-être survécu à l’extinction, mais sans prospérer. Les détails de l’étude sont publiés dans la revue Palaeogeography, Palaeoclimatology, Palaeoecology.

Victimes de la sécheresse ?

Les chercheurs ont découvert les fossiles pour la première fois il y a onze ans. Au cours d’une fouille, ils ont déterré 170 tétrapodes (animaux à quatre pattes) dans environ deux mètres de grès, y compris plusieurs groupes de ces fameux lystrosaures.

D’après les couches fossiles dans lesquelles ces restes ont été retrouvés, on pense que ces animaux ont vécu au début du Trias, il y a environ 251 millions d’années. La plupart étaient des juvéniles. Pour les chercheurs, le changement climatique subi à cette époque a probablement provoqué de graves sécheresses sur le supercontinent de la Pangée. De telles conditions auraient alors pu causer la mort de ce groupe particulier d’animaux.

« Comme nous l’observons aujourd’hui avec le réchauffement climatique, il semble que [le réchauffement] augmente la probabilité d’événements extrêmes« , a déclaré Pia Viglietti, du Field Museum of Natural History de Chicago. « C’est peut-être ce qui se passait au début du Trias« .

Lystrosaurus
Reconstitution d’artiste de lystrosaures au début du Trias. Crédits : Gina Viglietti

Les fossiles suggèrent que les jeunes lystrosaurus se sont peut-être regroupés dans une plaine inondable où ils espéraient s’abreuver. Ce type de comportement est encore observé aujourd’hui lors des sécheresses en Afrique subsaharienne.

Deux des fossiles trouvés dans les grès du Karoo ont également laissé des empreintes de peau dans la roche environnante, indiquant que ces deux animaux se sont probablement asséchés et momifiés rapidement après leur mort, avant d’être enterrés et fossilisés.

Les lystrosaures ont encore survécu quelques millions d’années après cela. D’ailleurs, le fait qu’ils aient vécu aussi longtemps quand tant d’autres espèces ont péri est parfois présenté comme une preuve que la planète s’est remise assez rapidement de la grande extinction du Permien. Cependant, la découverte d’une telle population aux prises avec le stress de sécheresses répétées suggère une histoire plus nuancée.