in

Deux petits dinosaures encore “endormis” découverts en Chine

Crédits : Carine Ciselet; Yang Y. et al. PeerJ

Des paléontologues annoncent avoir découvert deux nouveaux dinosaures dans la province de Chinoise de Liaoning. L’analyse de leur corps laisse à penser qu’ils ont été enterrés vivants, alors qu’ils dormaient paisiblement.

Il y a environ 125 millions d’années, deux petits dinosaures qui se reposaient dans leur terrier se sont retrouvés soudainement piégés par les débris d’une éruption volcanique ou par une coulée de boue particulièrement violente. Quoi qu’il en soit, les deux spécimens longs de près d’1,1 m de long ont finalement poussé leur dernier souffle, incapables de s’en extraire.

Leurs corps fossilisés, protégés des éléments et des charognards, ont été retrouvés il y a quelques semaines par des agriculteurs dans les lits Lujiatun de la Formation de Yixian. Cette région de la province chinoise est notamment célèbre pour ses fossiles de dinosaures souvent très bien conservés. Les détails de l’étude sont publiés dans la revue Peerj.

Une nouvelle espèce

Ces deux dinosaures représentent une toute nouvelle espèce. Les paléontologues viennent de la nommer Changmiania liaoningensis, ce qui signifie “dormeur éternel du Liaoning” en chinois.

D’après les analyses, C. liaoningensis était un ornithopode précoce appartenant au sous-ordre éteint de dinosaures ornithischiens. Connus depuis le début du Jurassique (il y a 200 millions d’années) jusqu’à la fin du Crétacé (il y a 65 millions d’années), ces animaux comptent parmi les lignées de dinosaures qui eurent le plus grand et le plus long succès évolutif.

Dans leur étude, les chercheurs expliquent avoir isolé une douzaine de gastrolithes près de l’un des individus. Il s’agit de petites pierres volontairement avalées par certaines espèces de vertébrés. Stockées dans l’estomac, elles facilitent la digestion en assurant une part du broyage des aliments dans l’estomac (ou le gésier chez l’oiseau).

dinosaures
L’un des deux spécimens de C. liaoningensis fossilisés. Le squelette est quasi complet. Les flèches rouges indiquent l’emplacement des amas de gastrolithes. Crédits : Peerj.

Un animal rapide et fouisseur

À en juger par ses puissantes pattes arrière et sa longue queue raide, les paléontologues pensent que ce bipède était un coureur rapide.

En outre, certaines caractéristiques de son squelette laissent également à penser que ces petits dinosaures pouvaient creuser des terriers tout comme les lapins le font aujourd’hui. “Son cou et ses avant-bras sont très courts, mais robustes. Ses omoplates sont caractéristiques des vertébrés fouisseurs et le haut de son museau a la forme d’une pelle“, explique en effet Pascal Godefroit, de l’Institut royal des sciences naturelles de Belgique.

Leurs corps sont désormais exposés au Musée paléontologique de Liaoning, à Shenyang.