in

Découverte de l’un des plus grands complexes mégalithiques en Europe

Crédits : Linares-Catela et al., 2022, Trabajos de Prehistoria, CC-BY 4.0

Des archéologues annoncent avoir mis au jour l’un des plus grands complexes mégalithiques d’Europe. Les pierres, dressées de différentes manières il y a environ 7 500 ans, avaient plusieurs fonctions. L’ensemble du site, retrouvé près de la ville espagnole de Huelva, s’étale sur plus de 600 hectares. Les détails de l’étude sont publiés dans le numéro de juin de Trabajos de Historia.

Des complexes mégalithiques érigés à des fins diverses ont été découverts dans le monde entier. Certains des plus célèbres, comme Stonehenge, se trouvent en Grande-Bretagne, mais des structures plus grandes encore se trouvent ailleurs comme à Carnac, en Bretagne, où plus de 10 000 menhirs sont alignés en rangées.

L’un de ces complexes vient d’être mis à jour dans la province de Huelva, à l’extrême sud de la frontière hispano-portugaise.

L’un des plus grands d’Europe

La découverte a été faite sur un terrain d’une superficie d’environ 600 hectares qui devait accueillir une plantation d’avocatiers il y a quatre ans. Il s’agit de l’une des plus grandes collections de menhirs de toute l’Europe. Les néolithiques ont construit ce complexe sur une colline proéminente près de l’embouchure du fleuve Guadiana et de l’océan atlantique, ce qui donnait une bonne visibilité sur les environs.

Jusqu’à présent, les archéologues ont trouvé plus de 520 pierres dressées. Certaines, les plus anciennes, pourraient avoir été érigées dès la seconde moitié du sixième millénaire avant notre ère, il y a environ 7 500 ans. Les structures néolithiques les plus « récentes » auraient quant à elles été dressées il y a entre 3 000 et 4 000 ans.

Certaines des plus grandes pierres sont également isolées, quand d’autres ont été positionnées pour former des tombes, des monticules, des cercles, enceintes et autres rangées linéaires. « Ce modèle n’est pas courant dans la péninsule ibérique et est vraiment unique« , a déclaré José Antonio Linares, géoarchéologue à l’Université de Huelva.

Les fonctions de ces différents monuments auraient été variées. « Territorial, rituel, astronomique, funéraire… l’ensemble constituant un mégasite de la préhistoire récente de la péninsule ibérique méridionale« , poursuit le chercheur. C’était un « sanctuaire mégalithique d’hommage, de culte et de mémoire aux ancêtres d’il y a longtemps« .

Aucun ossement pour le moment

Si plusieurs de ces pierres dressées forment des tombes à toit proéminentes (dolmens), quand d’autres forment des structures en forme de cercueil (cistes), les chercheurs soulignent n’avoir identifié aucun reste humain pour le moment. « Nous n’avons pas effectué de fouilles approfondies des tombes », précise José Antonio Linares. « Et bien que ces structures aient dû contenir des restes squelettiques à un moment donné, les os peuvent ne pas avoir été préservés dans le sol acide« .

stonehenge espagne
Les archéologues pensent que le site a été utilisé pendant plus de 3 000 ans au néolithique. Crédits : Linares-Catela et coll., 2022, Trabajos de Prehistoria, CC-BY 4.0
stonehenge espagne mégalithique
L’un des menhirs découverts sur place. Crédits : Linares-Catela et coll., 2022, Trabajos de Prehistoria, CC-BY 4.0

Pour l’heure, les chercheurs n’ont étudié que la surface du site. Les universités de Huelva et d’Alcalá financent actuellement une enquête archéologique jusqu’en 2026, de quoi laisser la porte ouverte à d’autres découvertes. Ces différentes informations pourraient alors nous éclairer sur les utilisations et le symbolisme de ces structures mégalithiques.