in

Découverte : une tortue du crétacé qui aspirait ses proies

Crédits : Andrey Atuchin

Une équipe de paléontologues annonce la découverte d’une nouvelle espèce de tortue évoluant vers la fin du Crétacé à Madagascar. D’après les auteurs, qui s’appuient sur l’anatomie de son visage, ce reptile se nourrissait probablement en aspirant des gorgées d’eau remplies de proies.

Elle se pavanait il y a environ 70 millions d’années dans les eaux douces de l’actuelle Madagascar. Les restes de cette ancienne tortue d’un diamètre d’une trentaine de centimètres ont été retrouvés en 2015 alors que Walter Joyce et son équipe, de l’Université de Fribourg, se focalisaient sur les fossiles de dinosaures et de crocodiles. Sur place, les chercheurs ont pu récupérer un squelette quasi intact.

Le spécimen est absolument magnifique. C’est également l’une des tortues du Crétacé tardif les mieux préservées connues de tous les continents du Sud“, a déclaré Walter Joyce. “À tous égards, c’est une trouvaille exceptionnellement rare“.

Une alimentation par succion

Côté faciès, cette ancienne tortue désormais baptisée Sahonachelys mailakavava présentait un crâne aplati et une bouche arrondie. D’après les auteurs, ces caractéristiques laissent à penser que ce petit reptile “aspirait” sa nourriture. L’alimentation par succion implique en effet une grande ouverture circulaire permettant d’engloutir de grandes gorgées d’eau.

Il s’agit d’un mode d’alimentation sous-marin spécialisé au cours duquel l’animal ouvre rapidement la bouche et élargit sa gorge pour quasiment inhaler un grand volume d’eau dans lequel nagent plusieurs petites proies”, notent les chercheurs. Il peut s’agir de plancton, de têtards ou encore de larves de poissons.

Cette hypothèse s’appuie également sur les os de la langue de cette tortue. Particulièrement élargis pour sa taille, ils soutenaient probablement des muscles forts permettant l’expansion rapide de sa gorge.

tortue crétacé
Les parties du crâne préservées de Sahonachelys mailakavava découvertes à Madagascar. Crédits : Walter Joyce

Ces anciennes tortues appartenaient à la famille Pelomedusoidea qui comprend des espèces encore présentes aujourd’hui telles que les tortues de rivière sud-américaines et malgaches. “Bien que le groupe ne soit pas particulièrement diversifié de nos jours, ces archives fossiles montrent que ce groupe était beaucoup plus diversifié par le passé, conquérant plusieurs masses continentales“, note Walter Joyce.

Les chercheurs ignorent quand cette “nouvelle” tortue a pu émerger ni quand et pourquoi elle s’est ensuite éteinte. Toutefois, selon Joyce, elle a probablement survécu au grand événement d’extinction qui a tué les dinosaures et mis fin à la période du Crétacé il y a environ 66 millions d’années.

Vous retrouverez les détails de l’étude dans la revue Royal Society Open Science.