in

Une nouvelle Super-Terre découverte autour d’une étoile proche

Crédits : NASA/JPL-Caltech

Une équipe d’astronomes annonce la découverte d’une nouvelle exoplanète : une Super-Terre située à moins de 36 années-lumière de notre système. En revanche, ce monde a priori rocheux n’évolue pas dans la zone habitable de son étoile.

Pour détecter des exoplanètes, les astronomes s’appuient généralement sur deux méthodes : celle du transit et celle de la vitesse radiale. La première consiste à mesurer la courbe de lumière émise par les étoiles lointaines. Des plongements périodiques de luminosité sont alors parfois observés, témoignant du passage d’une planète devant son étoile (c’est-à-dire en transit) par rapport à l’observateur (les astronomes). La seconde, celle de la vitesse radiale, repose sur l’observation spectrale des étoiles, à la recherche de signes de “vacillement”. Concrètement, les astronomes vont chercher à savoir si l’étoile observée s’éloigne où se rapproche de la Terre, des mouvements qui témoignent d’une légère influence gravitationnelle d’une planète sur ladite étoile.

Cette technique n’est pas la plus prolifique en matière de découvertes, mais elle nous a tout de même permis d’identifier plus de 600 exoplanètes à ce jour sur les plus de 4 000 recensées. Sur cet échantillon de 600, 116 évoluent autour de naines rouges. Ces étoiles plus petites, moins lumineuses et plus “fraîches” que le Soleil sont les plus courantes dans notre galaxie.

Une Super-Terre proche

Plus récemment, une équipe d’astronomes dirigée par Borja Toledo-Padrón, de l’Université espagnole de La Laguna, a découvert un nouveau monde autour de l’une de ces étoiles. Nommée GJ 740 b, la nouvelle exoplanète évolue à environ 36 années-lumière de la Terre. Il s’agit d’une Super-Terre au moins 2,96 fois plus massive que notre planète. Rappelons que l’on appelle “Super-Terre” une exoplanète ayant une masse comprise entre celle de la Terre et celle d’une planète géante (environ dix masses terrestres).

super-terre planète
Comparaison de tailles entre la Terre, une super-terre (GJ 1214 b, au centre) et la géante Neptune. Crédits : Aldaron/Wikipédia

D’après les analyses de suivi, nous savons également que GJ 740 fait le tour de son étoile tous les 2,377 jours, à une distance d’environ 0,029 UA. Pour rappel, une UA équivaut à la distance Terre-Soleil, soit environ 150 millions de kilomètres. D’après les auteurs, cette distance place la planète hors de la zone habitable de son hôte. La température d’équilibre de GJ 740 b a été calculée à 829 Kelvin, soit environ 555 °C.

Étant donné que le rayon de GJ 740 b est inconnu, il est pour l’heure impossible de déterminer sa composition. En revanche, sa masse et sa courte période orbitale suggèrent qu’il s’agit d’un objet rocheux.

Enfin, les données suggèrent que le système pourrait héberger une seconde planète, plus massive et plus éloignée. Les chercheurs supposent que ce monde potentiel est environ cent fois plus massif que la Terre et tourne autour de l’étoile mère en un peu moins de dix ans.