in

Découverte d’une nouvelle espèce de ptérosaure pas comme les autres

Crédits : Megan Jacobs, Université de Portsmouth

Une équipe de paléontologues annonce la découverte d’une nouvelle espèce de ptérosaure au Maroc. Doté d’un long bec, le reptile se nourrissait probablement comme les bécasseaux et autres kiwis modernes.

Les ptérosaures sont des reptiles volants qui dominaient le ciel à l’époque des dinosaures. Près d’une centaine d’espèces ont été découvertes. Certaines étaient d’ailleurs gigantesques, pouvant atteindre jusqu’à dix mètres d’envergure. À l’inverse, cette nouvelle espèce n’était pas plus grande qu’une dinde.

Retrouvé il y a quelques années dans la formation des Kem Kem, au Maroc, l’ossement ayant permis de l’identifier avait initialement été considéré comme un morceau de colonne vertébrale appartenant jadis à un poisson. Une analyse plus approfondie du fossile a permis de constater qu’il s’agissait en réalité d’un morceau de bec, dont la texture était commune à celle des ossements de ptérosaures.

Cependant, la structure de ce fossile n’avait jamais été observée chez ces anciens reptiles volants. D’après les paléontologues, le ptérosaure en question était en effet doté d’un très long bec, mince et édenté. Depuis, des fossiles supplémentaires de l’animal ont été isolés à l’endroit même où ce morceau de bec avait été identifié. Les paléontologues ont notamment retrouvé une mâchoire inférieure qui semblait correspondre à la mâchoire supérieure initialement découverte.

Ces nouvelles informations en main, l’équipe a finalement pu conclure qu’il s’agissait bien d’une nouvelle espèce dont le bec était similaire à celui des kiwis, ces oiseaux endémiques de Nouvelle-Zélande. Ils viennent de la baptiser Leptostomia begaaensis.

kiwi ptérosaure
Un Kiwi brun de l’île du nord Nouvelle-Zélande. Crédits : The.Rohit/Wikipédia

Un long bec pour fouiner dans le sol

Tout comme certains oiseaux modernes, Leptostomia begaaensis utilisait probablement son bec pour sonder la vase ou la terre à la recherche de vers, de crustacés et peut-être même de petites palourdes à carapace dure. À l’aide d’une tomographie informatisée (CT), les scientifiques ont également isolé un incroyable réseau de canaux internes composés de nerfs qui permettait jadis à ces reptiles de détecter leurs proies dans le sol.

Vous pourriez penser que le ptérosaure imitait la stratégie utilisée avec succès par les oiseaux modernes, mais en réalité, c’est le ptérosaure qui est arrivé le premier“, rappelle le Dr Longrich. “Les oiseaux ont simplement réinventé ce que ces reptiles ont déjà fait des dizaines de millions d’années plus tôt“.

ptérosaure
Une impression d’artiste nous révélant à quoi ce nouveau ptérosaure terrestre aurait pu ressembler avec son bec long et mince. Crédits PA

Cette nouvelle étude fascinante nous démontre une fois de plus à quel point nous en avons encore à apprendre sur ces anciens reptiles volants autrefois abondants. Les détails de l’étude sont publiés dans la revue Cretaceous Research.