in

Enfin un mille-pattes qui porte vraiment bien son nom

Crédits : Scientific Reports

Des scientifiques annoncent avoir découvert le premier « vrai » mille-pattes au monde. Ils décrivent une créature longue dotée de 1 306 membres, soit plus que tout autre animal vivant. Jusqu’à présent, aucune de ces espèces n’en proposait plus de 750.

Le premier « vrai » mille-pattes

En août 2020, des chercheurs avaient creusé 56 trous de forage de 4 à 81 mètres de profondeur et d’un diamètre de quinze centimètres dans la région minière de Goldfields, en Australie occidentale. L’objectif était d’accéder à un habitat interstitiel composé de formations de fer rubanées et de roches volcaniques mafiques connues pour abriter une faune troglophile. Dans plusieurs de ces trous, les chercheurs ont récemment identifié huit mille-pattes représentant une nouvelle espèce à des profondeurs comprises entre quinze et soixante mètres.

D’après l’étude rapportant la découverte, cette espèce se distingue par le nombre de ses membres : 1306. C’est un record. En effet, jusqu’à présent, aucun mille-pattes n’avait jamais été décrit avec plus de 750 pattes.

Nommé Eumillipes persephone, ce petit animal propose 330 segments. Il peut mesurer jusqu’à 0,95 mm de large pour environ 95,7 mm de long. Physiquement, imaginez une créature filiforme d’aspect pâle avec une tête en forme de cône, des antennes, un bec, mais pas d’yeux. L’équipe suggère qu’il s’agit d’un parent éloigné de l’espèce Illacme plenipes qui avait établi le précédent record de 750 pattes. Vous la retrouverez dans la région centrale de la Californie.

mille-pattes
Une femelle E. perséphone avec 1 306 pattes. Crédits : Marek et coll., Scientific Reports.

Parfaitement adaptés au monde souterrain

Tout comme chez Illacme plenipes, les longs corps, les segments multiples et les nombreuses pattes de cette espèce pourraient bien avoir évolué pour permettre à ces mille-pattes de pousser et de creuser plus efficacement dans le sol.

« Cette locomotion télescopique par des segments de tronc coulissants couplés à la poussée des pattes propulse l’animal à travers un microhabitat souterrain varié et imprévisible« , écrivent en effet les auteurs. « L’augmentation du nombre de pattes contribue probablement à une plus grande puissance de poussée pour forcer à travers de petites crevasses et ouvertures« .

Pour ces chercheurs, la découverte de ce nouveau mille-pattes est une preuve supplémentaire du potentiel de biodiversité disponible dans les profondeurs souterraines de la province de Eastern Goldfields.

Alors que les conditions au-dessus du sol ont considérablement évolué au cours des milliers d’années, cet habitat souterrain est en effet probablement resté stable (frais et humide). Il est donc possible que d’autres créatures inconnues de la science s’y cachent encore. C’est pourquoi les chercheurs plaident en faveur de la protection de cette région.