in

Une culture de l’âge de pierre découverte en Chine

Crédits : Fa-Gang Wang

Dans la revue Nature, une équipe rapporte la découverte des vestiges d’une culture de l’âge de pierre à l’ouest de Pékin, en Chine. Il y a environ 40 000 ans, d’anciens hominidés y utilisaient de l’ocre et fabriquaient de petits outils en pierre. Le site offre un rare aperçu de la vie de nos ancêtres évoluant dans la région à cette époque.

Vous retrouverez le site au cours du bassin de Nihewan, au nord de la Chine. À environ 2,5 m de profondeur, sous une couche de sédiments limoneux sombres datant d’il y a entre 41 000 et 39 000, une équipe a fouillé des restes d’animaux, dont plus de 430 os de mammifères, un foyer, des preuves de transformation et d’utilisation d’ocre, un outil en os et plus de 380 lithiques miniaturisés. Il s’agit de petits outils et artefacts en pierre taillée ou meulée. Or, la présence d’ocre travaillée intéresse particulièrement les chercheurs.

Une utilisation encore incertaine

Nous savons que les humains et leurs proches utilisaient ce pigment depuis très longtemps à cette époque. Certaines preuves de traitement en Afrique et en Europe, dans une moindre mesure, remontent en effet à environ 300 000 ans. Il existe également des preuves d’utilisation de l’ocre en Australie il y a environ 50 000 ans. Cependant, les preuves de son travail en Asie avant 28 000 ans sont encore très rares. « Il s’agit ici du plus ancien atelier d’ocre connu pour l’Asie de l’Est« , souligne Francesco d’Errico, directeur de recherche au CNRS à l’université de Bordeaux.

La preuve du traitement de l’ocre à Xiamabei comprend deux morceaux d’ocre avec des compositions minérales légèrement différentes. Les chercheurs expliquent avoir isolé ces artefacts à proximité les uns des autres, reposant sur une zone de sédiments rougis. Sur la base des preuves disponibles, ils ne peuvent encore déterminer précisément comment ce pigment était utilisé. Cependant, des traces d’ocre seraient apparues sur plusieurs outils en pierre sur le site. La nature de ces outils laisse entendre que ce pigment pouvait avoir servi d’additif utilisé dans le traitement des peaux ou comme adhésif pour apposer des manches sur des outils en pierre.

Toutefois, il n’est pas exclu que cet ocre puisse également avoir été utilisé pour des « applications symboliques » comme la peinture d’art rupestre ou la peinture appliquée sur le corps.

ocre chine âge de pierre
Des morceaux d’ocre et du matériel de traitement trouvés sur le site. Crédits : Fa-Gang Wang

Qui occupait ce site il y a 40 000 ans ?

Concernant les outils, sur la base des modèles d’usure et des résidus persistants sur les éléments lithiques emmanchés trouvés sur le site, les chercheurs ont déterminé que ces artefacts étaient probablement utilisés à des fins multiples. Ils pouvaient servir à percer des matériaux, gratter des peaux, tailler des matières végétales ou encore couper des matières animales molles.

Reste encore une question sans réponse : quels hominidés archaïques occupaient ce site il y a 40 000 ans ? Certains indices pointent vers Homo Sapiens, bien qu’aucun fossile humain n’ait été trouvé sur place. Des restes d’humains modernes ont en effet été découverts sur un site un peu plus jeune, situé à environ 110 km, ainsi que sur un autre site de la région (grotte supérieure de Zhoukoudian). Toutefois, il est possible que les Néandertaliens (qui travaillaient aussi l’ocre) et Denisoviens fréquentaient encore la région à cette époque.