in

Découverte de nouveaux plésiosaures d’eau douce

Crédits : Université de Bath

Découverts il y a plus de deux cents ans, les plésiosaures sont parmi les créatures marines les plus emblématiques de l’ère des dinosaures. La grande majorité de ces reptiles évoluaient en mer, mais certaines espèces auraient pu s’adapter aux écosystèmes d’eau douce, notamment dans le désert du Sahara.

Des plésiosaures d’eau douce

Les plésiosaures étaient un groupe de reptiles marins répandu dans quasiment toutes les mers du Trias supérieur au Crétacé supérieur. La plupart des fossiles se trouvent dans des dépôts marins, mais certains se produisent dans des environnements d’eau saumâtre à faible salinité à douce. Dans la revue Cretaceous Research, une équipe de paléontologues rapporte la découverte des restes fossiles de trois nouveaux spécimens dans des dépôts fluviaux d’eau douce de la formation de Kem Kem, un vaste plateau rocheux du Crétacé supérieur situé au Maroc.

Les restes fossiles comprennent plusieurs dents, des vertèbres et un humérus. L’humérus de 1,5 m de long appartient un juvénile, tandis que les vertèbres appartiennent probablement à deux jeunes adultes d’environ trois mètres de long. Les dents présentent également une forte usure, semblable aux dents des spinosauridés co-occurrents dans la région à cette époque.

Alors que les plésiosaures contemporains de la formation voisine de Bahariya, en Égypte, sont des membres des Polycotylidae, ceux-ci présentent des caractéristiques de Leptocleididae. Ces plésiosaures de petite taille étaient largement distribués dans les milieux côtiers et non marins au début du Crétacé. Il s’agit en revanche des premiers fossiles de plésiosaures d’eau douce du Maroc.

Ces animaux évoluaient-ils en permanence dans ce milieu, comme les dauphins de rivière modernes ou pouvaient-ils basculer entre les environnements d’eau douce et salée ? Les paléontologues penchent pour la première hypothèse. L’abondance de dents retrouvées laisse en effet à penser que ces reptiles bénéficiaient d’un certain degré de tolérance à l’eau douce. Cependant, ils reconnaissent que la question n’est pas encore tout à fait réglée.

plésiosaures
Les os de plésiosaure, comme cette vertèbre, sont particulièrement simples. Crédits : Université de Bath

Un environnement particulièrement dangereux

Nous savons que le théropode géant Spinosaurus chassait également dans ces eaux. Malgré tout, les environnements d’eau douce de cette région étaient peut-être moins dangereux comparés aux environnements marins.

À la fin du Crétacé, les eaux au large du Maroc abritaient en effet un écosystème comme aucun autre. Là où la plupart des environnements modernes et anciens disposent d’une ou deux grandes espèces prédatrices, les Kem Kem en abritaient au moins une douzaine au même moment. Avec autant de menaces et de concurrence, il ne serait pas étonnant que certains plésiosaures entreprenants aient décidé d’enquêter sur les embouchures des rivières, rétrécissant un peu au cours du processus.