in

Néandertaliens : une découverte exceptionnelle près de Rome

Crédits : Emanuele Antonio Minerva / Ministère italien de la culture

Une équipe d’archéologues annonce avoir isolé les restes fossilisés de neuf Néandertaliens et plus encore dans une grotte près de Rome. Cette découverte exceptionnelle jette un nouvel éclairage sur la façon dont la péninsule italienne était peuplée par nos anciens cousins, qui devaient aussi visiblement composer avec des hyènes.

En 1939, un crâne de Neandertal était découvert au sud de Rome, dans une petite grotte située sur la propriété d’un hôtel en bord de mer. Le site était particulièrement bien conservé, car un glissement de terrain il y a environ 50 000 ans avait fermé l’entrée de la grotte. À l’époque, l’affaire avait du bruit. D’une part, parce qu’il s’agissait de l’une des crânes les mieux conservés jamais trouvés, mais aussi parce que, au-dessus de ce crâne, se présentait un grand trou.

Alberto Carlo Blanc, le paléontologue qui l’avait étudié en premier, avait alors avancé l’idée, depuis démystifiée, que les Néandertaliens se livraient au cannibalisme rituel, extrayant le cerveau de leurs victimes pour le manger. En réalité, ce trou pourrait être l’oeuvre… d’une hyène des cavernes.

Une découverte exceptionnelle

Le ministère italien de la Culture vient d’annoncer la découverte des restes de neuf autres néandertaliens de sexes et d’âges différents à l’intérieur de la même grotte dans une zone encore inexplorée. L’un des Néandertaliens trouvés dans la grotte a vécu il y a environ 100 000 à 90 000 ans, tandis que les huit autres ont évolué il y a environ 65 000 à 50 000 ans.

Nos cousins Néandertaliens ont régné en Eurasie pendant environ 260 000 ans et leurs os ont été retrouvés sur de nombreux sites, de l’Espagne jusqu’en Sibérie. Il reste malgré tout très rare de trouver autant de restes dans une même cache. Pour Francesco Di Mario, archéologue du ministère de la Culture en charge des fouilles, cela signifie que les Néandertaliens étaient très nombreux dans la région.

néandertaliens
L’un des Néandertaliens trouvés dans la grotte a vécu il y a environ 100 000 à 90 000 ans. Les huit autres ont évolué il y a entre 65 000 à 50 000 ans. Crédits : Emanuele Antonio Minerva / ministère italien de la Culture

Les Néandertaliens : un garde-manger pour les hyènes ?

Néanmoins, ce n’est pas tout. Au cours de ces fouilles, entamées dès octobre 2019, les chercheurs ont également isolé des centaines d’ossements d’éléphants, de rhinocéros et d’aurochs. Ces nouvelles découvertes nous livrent donc un nouvel aperçu des particularités culinaires du régime néandertalien.

Selon les analyses, bon nombre de ces ossements d’animaux présentaient aussi marques laissant à penser qu’ils ont été rongés par des hyènes des cavernes (les ancêtres de l’âge de pierre des carnivores d’aujourd’hui). D’après Mario Rolfo qui enseigne l’archéologie préhistorique à l’Université de Rome à Tor Vergata, elles utilisaient en effet la grotte comme une sorte de garde-manger.

D’ailleurs, il semblerait que les Néandertaliens figuraient aussi au menu.  L’un des nouveaux crânes retrouvés sur le site présentait en effet un trou similaire à celui isolé en 1939. En revanche, on ignore si nos cousins ont été tués par les prédatrices ou si ces dernières ont simplement grignoté leurs os après les avoir découverts déjà morts.