in

Découverte : trois naines brunes aux vitesses de rotation extrêmes

Crédits : NASA / JPL-Caltech

Parfois appelées “étoiles ratées”, les naines brunes peuvent tourner à plus de 360 000 kilomètres par heure, mais il pourrait s’agir d’une limite que ces objets ne pourraient franchir… au risque de s’autodétruire.

Les naines brunes sont des objets trop massifs pour être considérés comme des planètes, mais trop peu massifs pour intégrer le rang des étoiles. Elles sont en effet incapables d’enclencher des réactions de fusions thermonucléaires. C’est pourquoi les naines brunes ne brillent pas.

Il s’agit donc d’une classe d’objets intermédiaire. Toutefois, si l’on entend moins parler des naines brunes que des étoiles ou des planètes, ne vous y trompez pas : ces mondes se comptent par milliards dans notre galaxie. Il est donc important de les considérer.

Une équipe d’astronomes s’appuyant sur les données du télescope spatial Spitzer (désormais à la retraite) annonce d’ailleurs avoir identifié trois nouvelles naines brunes ayant un point commun : une vitesse de rotation extrême.

Les naines brunes les plus rapides connues jusqu’à présent complétaient une rotation toutes les 1,4 heure, quand d’autres tournent sur elles-mêmes en près de dix heures. Ces trois naines, qui ont à peu près le même diamètre que Jupiter, mais sont entre quarante et soixante-dix fois plus massives, tournent sur elle-même environ une fois par heure.

Sur la base de leur taille, on estime que le plus grand de ces trois nouveaux objets tourne à plus de cent kilomètres par seconde (360 000 kilomètres par heure).

étoiles naines brunes
Les naines brunes (au milieu sur l’image) sont plus massives que les planètes, mais pas aussi massives que les étoiles. Crédits : NASA / JPL-Caltech

Une limite à ne pas franchir ?

Comme les étoiles ou les planètes, les naines brunes tournent de plus en plus vite à mesure qu’elles se refroidissent et se contractent. Ce qui surprend les scientifiques ici, c’est que ces trois objets présentent quasiment la même vitesse de rotation.

Or, ces naines brunes ne se sont pas formées ensemble. Elles ne sont pas non plus au même stade de leur développement. Pour les auteurs, qui publient leurs travaux dans The Astronomical Journal, ces vitesses quasi identiques ne sont pas une coïncidence. Ces trois objets, pensent-ils, auraient atteint leur limite de vitesse de rotation. Au-delà, elles se déchireraient dans l’espace, emportées par la force centripète.

Nous savons en effet que chez d’autres objets cosmiques en rotation, comme les étoiles, des mécanismes de freinage naturels à l’oeuvre permettent d’empêcher ces destructions. On ne sait pas encore si des mécanismes similaires existent chez les naines brunes, mais les auteurs pensent que oui.