in

Des chercheurs d’or tombent sur les restes de trois mammouths

Crédits : Gouvernement du Yukon

Près de Dawson City, dans le Yukon (Canada), des chercheurs d’or sont récemment tombés sur les restes partiels de trois mammouths qui auraient pu faire partie de la même famille il y a environ 29 000 ans.

Pour atteindre le gravier rempli d’or au fond des vallées de Little Flake, près de Dawson City, les mineurs doivent d’abord s’attaquer au limon gelé. Et en creusant, il n’est pas rare de tomber sur quelques “surprises préhistoriques” de l’ère glaciaire. Le 27 mai dernier, trois d’entre eux sont ainsi tombés sur les restes partiels de trois mammouths laineux. Ces ossements, dont certains étaient encore articulés, ont depuis été remis aux paléontologues du gouvernement du Yukon.

Nous semblons avoir un grand mammouth adulte, un jeune adulte et un juvénile“, explique à Livescience Grant Zazula, qui a dirigé les analyses. “La façon dont ces ossements étaient disposés suggère que ces trois spécimens évoluaient probablement ensemble et sont morts très près de l’endroit où ils ont été trouvés. Même s’ils ne faisaient pas partie de la même famille, ils faisaient peut-être partie d’un troupeau plus important“.

mammouths
Des morceaux d’os du bras des mammouths. Crédits : gouvernement du Yukon
mammouths
Un humérus de l’un des spécimens. Crédits : gouvernement du Yukon

Un environnement propice à la préservation

Les mineurs ont repéré les restes préhistoriques près d’une couche de téphra volcanique datant d’environ 29 000 ans. D’après la paléontologue, l’un des volcans des îles Aléoutiennes était entré en éruption à l’époque. Il est donc très probable que ces mammouths évoluaient également à cette période.

Il y a environ 29 000 ans, la région de Dawson City (ancienne Béringie) était libre de glace, contrairement au reste de l’actuel territoire canadien, formant un pont terrestre entre la Sibérie orientale et l’Alaska. Le climat y était “incroyablement froid et sec, probablement sans arbres, ce qui a entraîné la prévalence de mammifères évoluant en pâturage“, poursuit la paléontologue.

C’est d’ailleurs cet environnement sec et froid qui a permis la conservation de ces trois mammouths. Le limon, soufflé par le vent, aurait également recouvert les animaux de sédiments suffisamment rapidement, évitant ainsi leur exposition à l’oxygène et aux charognards.

Les équipes du Dr Zazula accompagneront les mineurs qui reprendront l’exploitation du site dans quelques semaines pour évaluer la présence ou non de nouveaux ossements.

mammouths
Les os du bassin. Crédits : gouvernement du Yukon

Pour rappel, la plupart des populations de mammouths laineux se sont éteintes il y a environ 10 000 ans en Eurasie et en Amérique du Nord, principalement en raison d’une combinaison de changements environnementaux et de pressions humaines, mais certaines ont continué à prospérer, notamment au large de l’Alaska, jusqu’à il y a environ 5 700 ans. D’après les restes fossiles, les tout derniers de ces animaux emblématiques ont disparu sur l’île Wrangel, au nord de la Russie, il y a environ 4 000 ans. Récemment, des chercheurs ont d’ailleurs tenté d’expliquer les raisons de cette extinction.