Découverte majeure d’ossements de mammouths en Autriche

mammouths
Crédits : Aunt_Spray/istock

Une découverte remarquable a été faite en Autriche où un ensemble d’ossements de mammouths a été mis au jour dans une cave à vin lors de travaux de rénovation. Les restes, qui pourraient représenter au moins trois animaux individuels, seraient âgés de 30 000 à 40 000 ans.

Un vigneron et une découverte inattendue

Andreas Pernerstorfer, un vigneron local de Gobelsburg, a fait cette découverte exceptionnelle dans sa cave à vin située dans le quartier de Krems, à l’ouest de Vienne. Alertée, l’Office fédéral autrichien des monuments a ensuite contacté l’Institut archéologique de l’Académie autrichienne des sciences (OeAW) qui a pris en charge les fouilles et l’analyse des découvertes.

Les archéologues ont alors mis au jour plusieurs couches d’os de mammouth, ainsi que des objets en pierre et du charbon de bois qui ont permis de dater les ossements à entre 30 000 et 40 000 ans. Selon un communiqué de l’OeAW, cette découverte est la plus importante du genre en Autriche depuis plus de 100 ans.

Hannah Parow-Souchon, de l’OeAW, qui dirige les fouilles, a exprimé son enthousiasme : « Une couche osseuse aussi dense de mammouths est rare. C’est la première fois que nous pouvons étudier quelque chose comme ça en Autriche avec des méthodes modernes. » Cette découverte permet de mieux comprendre la période et les conditions dans lesquelles ces mammouths ont vécu et sont morts.

mammouths
Un archéologue à côté des ossements de mammouths découverts dans une cave à vin de Gobelsburg, en Autriche. Ils pourraient avoir jusqu’à 40 000 ans. Crédits : Oeaw-Oeai/Hannahparow-Souchon

Chasse préhistorique et pièges

Les archéologues suggèrent que le site de la découverte pourrait être le lieu où ces mammouths sont morts. Il est possible que des chasseurs préhistoriques aient dirigé les animaux vers cet endroit et leur aient tendu un piège. Cette hypothèse est appuyée par la découverte de charbon de bois et d’objets en pierre, indiquant une activité humaine sur le site.

« Nous savons que les humains chassaient les mammouths, mais nous savons encore très peu de choses sur la manière dont ils le faisaient », a déclaré Parow-Souchon. Les chercheurs espèrent que l’étude des ossements permettra de mieux comprendre les techniques de chasse et les stratégies des humains préhistoriques.

Les restes de ces mammouths seront transférés au Musée d’histoire naturelle de Vienne où ils seront restaurés et étudiés plus en détail. Cette découverte n’est pas seulement importante pour l’Autriche, elle contribue également à notre compréhension globale de la vie préhistorique et des interactions entre les humains et les grands mammifères de l’époque sur le continent européen.

Cette trouvaille autrichienne n’est pas non plus isolée. Plus tôt cette année, des chercheurs ont en effet découvert des centaines d’ossements d’animaux préhistoriques, y compris les restes d’un lion des cavernes et d’un mammouth, dans la grotte du Paradis (Jaskinia Raj) en Pologne.