in

Découverte exceptionnelle d’algues vieilles d’un milliard d’années

Crédits : Virginia Tech

Des paléontologues annoncent la découverte d’algues fossiles microscopiques vieilles d’un milliard d’années en Chine.

L’évolution de la vie sur Terre est une intrigue incroyablement longue ponctuée de grands événements décisifs comme la première patte (ou nageoire) posée par un poisson sur la terre ferme. Cependant, il y a d’autres histoires qui sont tout aussi importantes comme l’émergence des premières plantes terrestres.

Nous avons souvent tendance à leur accorder moins d’importance. Pourtant, sans elles, les poissons n’auraient tout simplement pas pu sortir de l’eau puisqu’il n’y aurait rien eu à manger et beaucoup moins d’oxygène à respirer .

Leur émergence a donc été déterminante. Néanmoins, la façon dont ces plantes sont finalement arrivées sur terre n’est pas encore très bien comprise, d’où l’importance de cette nouvelle découverte.

Des algues vieilles d’un milliard d’années

Il s’agit des plus anciennes algues vertes jamais retrouvées. Connus sous le nom de Proterocladus antiquus, ces végétaux sont à peine visibles à l’œil nu (seulement deux millimètres de long). Imprimés dans des roches vieilles d’un milliard d’années situées dans la province du Liaoning, dans le nord de la Chine, ils ont été découverts par des chercheurs de Virginia Tech. Jusqu’à présent, les plus vieux enregistrements fossiles d’algues vertes avaient été datés à environ 800 millions d’années.

L’étude, publiée dans la revue Nature Ecology & Evolution, suggère que ces petites algues vertes vivaient autrefois dans un océan peu profond. Une fois mortes, elles se seraient retrouvées coincées puis « cuites » sous un tas de sédiments, ce qui a eu pour effet de préserver leurs formes organiques. Plusieurs millions d’années plus tard, ces couches de sédiments se sont ensuite soulevées hors de l’océan pour finalement constituer une terre ferme.

algues
Illustration d’artiste des algues P. antiquus (vivantes en haut, fossilisées en bas). Crédits : D. Yang

Une origine océanique

Shuhai Xiao, principal auteur de ces travaux, rappelle que toutes les plantes terrestres (des petites mousses aux plus grands séquoias) ont évolué à partir des algues vertes qui étaient au départ des plantes aquatiques. Au fil des temps géologiques, ces végétaux sont peu à peu sortis de l’eau pour finalement s’adapter et prospérer sur la terre ferme.

Sur le papier, tout le monde est d’accord là-dessus. En revanche, certains biologistes pensent que les algues vertes aquatiques ont d’abord évolué dans des environnements d’eau douce tels que les lacs et les rivières, avant de coloniser l’océan bien plus tard. D’autres en revanche croient que ces algues ont d’abord vu le jour dans l’océan avant de se déplacer sur la terre ferme.

La découverte de ces nouvelles microalgues soutient ici une origine océanique. Autrement dit, ces fossiles nouvellement découverts pourraient être liés aux ancêtres de toutes les plantes terrestres modernes que nous voyons aujourd’hui.

Source

Articles liés :

L’urine humaine pourrait fertiliser les plantes sur Mars

Près de 40% des espèces de plantes terrestres sont “rares”

Les algues deviendront elles un super-aliment ?