in

En pleine cueillette de champignons, il tombe sur une épée de l’Âge du bronze

Crédits : Musée de Silésie, République tchèque

Il y a quelques mois, nous rapportions l’histoire de Fionntan Hughes, un Nord-Irlandais de dix ans qui était tombé sur une vieille épée enterrée vieille d’environ trois cents ans quelques jours après avoir reçu un détecteur de métaux pour son anniversaire. Aujourd’hui, direction la République tchèque !

Deux armes de l’Âge de bronze

L’histoire se déroule il y a quelques semaines. Alors qu’il cherche des champignons en forêt dans la région de Jeseník, à l’est du pays, Roman Novák aperçoit un bout de lame sortir du sol, coincé entre deux rochers. Curieux, il se met à creuser et découvre une épée accompagnée d’une hache. Il contacte alors des paléontologues. Des tests de composition chimique permettent finalement d’estimer l’âge de ces deux armes. D’après les chercheurs, elles ont été forgées il y a environ 3 300 ans dans le nord de l’Europe.

Une fouille officielle et plus approfondie du site est d’ores et déjà en cours, menée par une équipe du musée silésien voisin, de la ville d’Opava. “Pour le moment, nous parcourons à fond le site et recherchons d’autres découvertes possibles“, a déclaré l’archéologue Jiří Juchelka. “Le site était bien éloigné des villes contemporaines et des établissements préhistoriques connus dans une zone “archéologiquement marginale” où aucune autre découverte n’avait été signalée“.

Les types de métaux utilisés pour forger l’épée suggèrent qu’elle a probablement été fabriquée en dehors de la région, tandis que la hache en bronze pourrait être une production locale. En revanche, les archéologues ignorent encore comment et pourquoi les deux armes se sont retrouvées ensemble dans cette forêt tchèque.

L’épée se distingue principalement par son pommeau et sa poignée finement décorés de cercles gravés et de rangées de marques en forme de croissant. D’après Jiří Juchelka, l’arme aurait été un objet coûteux à l’époque, alors que la culture Urnfield commençait à émerger en Europe centrale.

épée
La lame de l’épée, abîmée par endroits, aurait été forgée il y a 3 300 ans. Crédits : Musée de Silésie, République tchèque
épée
La poignée et le pommeau en bronze, finement décorés. Crédits : Musée de Silésie, République tchèque

Une arme pas très solide

Des scans à rayons X ont également montré des bulles d’air à l’intérieur de l’épée, probablement le résultat de la façon dont elle a été fabriquée. À l’époque, la technique la plus courante consistait à verser du bronze fondu dans un moule. La présence de ces bulles d’air laisse également à penser que l’épée n’était pas particulièrement solide selon Jiří Juchelka. D’après lui, l’arme était probablement utilisée dans le cadre de cérémonies, et non lors de combats.