in

Découverte en Allemagne de balles de frondes issues de la XIXe légion romaine

Crédits : iStock

Des archéologues ont mis à jour sur un site allemand des balles de fronde en plomb qui auraient été abandonnées par un soldat de la XIXe légion romaine lors de la campagne romaine en vue de soumettre la Germanie.

La XIXe légion romaine a été levée vers 40 av. J.-C. par Auguste. Elle fut détruite en l’an 9, lors de la bataille de Teutobourg par des tribus germaniques, au même titre que deux autres légions.

Les fameuses balles de fronde ont été retrouvées en Allemagne par une équipe du service d’archéologie de Westphalie menée par Bettina Tremmel. La trouvaille a été faite sur l’ancien site du camp romain d’Haltern, à quelque 30 km de la ville de Dortmund le long de la Lippe, longue de 220 km. Ce camp faisait partie d’un large dispositif militaire destiné à soumettre des territoires germaniques se situant entre les le Rhin et l’Elbe.

Les Romains ont été les premiers à aménager le fleuve pour le rendre navigable et il semble que le camp d’Haltern avait une importance logistique cruciale. En effet, il abritait sept garnisons romaines, et était équipé d’un port ainsi que de cinq installations fortifiées. L’intégralité des camps composant le dispositif romain a été abandonnée après la bataille de Teutobourg.

« Malgré leurs armures, les soldats sont souvent plus gênés par les balles rondes des frondes, qu’ils ne le sont par toutes les flèches des ennemis. Les pierres tuent sans mutiler le corps ni verser le sang. Il est bien connu que les Anciens employaient des frondeurs dans toutes leurs batailles. Il y a toutes les raisons d’instruire les troupes dans l’art de la fronde, et cela sans exception puisque la fronde ne peut être considérée comme encombrante… » écrivait Végèce, haut fonctionnaire romain dans son livre De re militari datant de la fin du IVe siècle ou début du Ve siècle suivant les sources.

La fronde, utilisée depuis l’antiquité, est une arme qui pouvait être parfois plus efficace qu’un arc. Le point faible résidait dans le fait que les balles en plomb étaient très lourdes. C’est ce que devait penser Fenestela, un soldat romain ayant abandonné son sac de cuir de 6 kg, contenant 81 « glands », nom donné par les Romains aux balles de fronde.

Les archéologues fouillent le site depuis 1899 et le site lui-même a été découvert vers 1816. Depuis, les découvertes s’enchainent. Depuis 150 ans, 70 balles de fronde ont été retrouvées, mais la découverte récente est exceptionnelle.

Fenestela n’aurait peut-être pas abandonné les balles de fronde. En effet, des résidus de fonderie ont été retrouvés en même temps, ces derniers seraient des résidus de fabrication de balles de plomb. Ainsi, les balles retrouvées étaient peut-être destinées à la refonte.

Les archéologues ne savent pas si ce légionnaire était vraiment un frondeur ou s’il a vraiment jeté ces balles de fronde, mais son nom est apparu sur une assiette retrouvée dans le camp d’Haltern : il y aurait donc mangé.

Sources : Pour la science

– Crédits photo : LWL/Burgemeister