in

Découverte d’une souche de polio résistante au vaccin

Crédits : iStock

C’est une nouvelle inquiétante pour l’éradication de la poliomyélite qui vient de tomber. Une souche résistante au vaccin a été découverte.

Une épidémie de polio avait éclaté en 2010 au Congo, et s’était fait remarquer par son taux de mortalité anormalement élevé : 210 morts sur 445 cas confirmés. Les chercheurs avaient originellement attribué l’ampleur de l’épidémie à une couverture vaccinale insuffisante, mais une nouvelle découverte indique que ce n’est pas la seule cause.

En analysant des échantillons de virus prélevés lors de l’épidémie de Pointe Noire, une équipe internationale a réussi à déterminer que le virus à son origine est partiellement résistant aux vaccins couramment utilisés pour prévenir l’infection. Pour se faire, les scientifiques ont observé la prolifération du virus dans les sérums d’individus vaccinés et déterminé que 15 à 30 % des individus vaccinés ne sont pas protégés contre cette nouvelle variante du virus. La nouvelle souche WPV1 présente une mutation qui modifie les protéines de son enveloppe et rend les anticorps moins efficaces contre lui.

Les chercheurs ne recommandent toutefois pas d’abandonner la vaccination pour autant. Jusque là, seul un foyer d’infection par ce virus résistant a été répertorié, et il n’est pas certain qu’il existe encore à l’état sauvage. De plus, les vaccins conventionnels offrent une protection non négligeable contre le nouveau virus, et peuvent permettre d’enrayer une épidémie en atteignant l’immunité grégaire. Éradiquer les réservoirs de la souche la plus répandue, Sabin-1 est également indispensable pour éviter l’apparition de ces nouvelles souches. Les campagnes de vaccinations ont permis de passer de 350 000 cas répertoriés dans le monde en 1980 à 416 en 2013.

La poliomyélite est une maladie horrible qui touche surtout les enfants et les laisse paralysés, entrainant pour 5 à 10 % d’entre eux la mort par asphyxie, quand les muscles respiratoires cessent de fonctionner. Actuellement, plus de 100 000 personnes en Europe souffrent encore des suites de la maladie, affligés de paralysie plus de 50 ans après l’introduction du vaccin. C’est une des seules maladies qui fait actuellement l’objet d’un programme d’éradication par l’OMS, et seuls le Nigeria, le Pakistan et l’Afghanistan restent touchés par ce fléau. Il n’existe pas de traitement contre la maladie, et le vaccin est le seul moyen de prévention efficace qui existe.

Sources : pnas.orgOMS