in

Découverte d’une plantation de pommes de terre vieille de 3 800 ans au Canada

Crédits : Pixabay

Une équipe d’archéologues a fait une étonnante découverte : des centaines de pommes de terre noircies sous un jardin préhistorique de Colombie-Britannique, au Canada. Une plantation qui serait datée à environ 3 800 ans. 

Ce jardin, qui fut autrefois situé sous l’eau, se trouve dans une zone humide écologiquement riche. Vieux de 3 800 ans selon les datations, il montre des techniques d’ingénierie sophistiquées utilisées pour maîtriser l’écoulement de l’eau et pour que se développent plus efficacement les tubercules de Wapato sauvages, aussi appelées pommes de terre indiennes.

L’équipe d’archéologues dirigée par Tanja Hoffmann, de l’Université Simon Fraser en Colombie-Britannique, a découvert cette ancienne plantation durant des travaux routiers effectués à l’est de Vancouver, près de la rivière Fraser. Ce site est resté gorgé d’eau durant des siècles ce qui a favorisé la bonne conservation des plantes et autres matières organiques comme des outils en bois qui auraient dû se désintégrer au fil du temps.

Au total, ils ont découvert pas moins de 3 767 ensembles ou portions de plantes Wapato (Sagittaria latifolia). On trouve aujourd’hui ces plantes dans les zones humides du Sud du Canada ou aux États-Unis. Ces racines ont pendant longtemps été très importantes pour les populations autochtones. Dans leur expédition de 1804 à 1806, les explorateurs Meriwether Lewis et William Clark ont reçu en offrande ces plantes dans un village natif situé près de l’actuelle Portland, dans l’Oregon. Dans son journal, William Clark décrit cette plante comme « une petite pomme de terre au goût très agréable, idéale pour remplacer le pain ».

Ces tubercules anciens avaient une couleur qui a viré au brun foncé, voire au noir, mais certains ont semble-t-il leurs féculents préservés. Outre ce jardin gorgé d’eau, les archéologues ont également trouvé sur ce site un lieu plus sec où les personnes ont pu vivre ainsi qu’environ 150 outils en bois qui ont été utilisés pour creuser les plantes. Dans la revue Science Advances, les chercheurs évoquent la première preuve directe de culture de plantes dans la préhistoire du Pacifique nord-ouest dans des zones humides.