in

Découverte d’une nouvelle espèce de ptérosaure en Argentine

Crédits : Ractapopulous / Pixabay

C’est en Patagonie argentine qu’une équipe d’archéologues argentins a fait la découverte d’un nouveau dinosaure, une nouvelle espèce de ptérosaure, ces anciens reptiles volants. Une découverte rendue possible grâce à la mise au jour du crâne presque entier et particulièrement bien conservé de celui qui a été baptisé Allkauren Koi.

Les dinosaures, plus particulièrement l’espèce des ptérosaures, ont un nouveau représentant répondant au nom de « Allkauren Koi« , pour « ancien cerveau » en dialecte local. C’est en Argentine, en Patagonie que des archéologues argentins ont retrouvé le crâne presque entier et particulièrement bien conservé de ce ptérosaure, des reptiles volants qui vivaient il y a entre 210 et 65 millions d’années. Les archéologues détaillent leur découverte dans la revue PeerJ.

Ce crâne mis au jour a été étudié par tomographie 3D, ce qui a permis aux scientifiques d’obtenir des informations précises sur sa structure endocraniale ainsi que sur l’oreille interne du ptérosaure. C’est grâce à cette technique que les scientifiques ont pu établir avec certitude sa classification phylogénétique et identifier une nouvelle espèce, laquelle vivait au Jurassique moyen (-170,3-163,5 Ma) et constitue une forme intermédiaire dans l’évolution de ce groupe reptilien, comme nous l’apprennent les chercheurs.

« Allkaruen Koi montre un développement cérébral et des adaptations à l’environnement aérien intermédiaires dans l’évolution des ptérosaures » explique à ce propos Diego Pol, paléontologue qui a participé aux recherches. « Par conséquent, cette étude constitue une étape importante dans la compréhension de ces reptiles » conclut-il. Effectivement, nous n’en savons que très peu sur ce groupe reptilien et cette découverte vient faire un peu plus la lumière sur celui-ci. Nous ne comptons à ce jour qu’environ 150 fossiles de ptérosaures à travers le monde, pour la plupart très endommagés. Cela est probablement dû au fait qu’en évoluant et en s’adaptant au vol, l’allongement de leurs membres supérieurs a rendu leurs os plus légers, et donc plus fragiles. 

Les différents ossements retrouvés / Codorniú L et al.
Les différents ossements retrouvés / Codorniú L et al.