in

Découverte d’une nouvelle espèce d’araignée géante au Mexique

Capture vidéo

Les arachnophobes ne devraient pas être ravis d’apprendre la découverte d’une nouvelle espèce d’araignée au Mexique, celle-ci étant géante avec un diamètre d’environ 23 centimètres.

Voici la Califorctenus Cacachilensis, une nouvelle venue dans la grande famille des araignées. C’est au Mexique, dans des grottes de Las Cacachillas qu’a été découverte cette nouvelle espèce qui a de quoi faire trembler les nombreux arachnophobes : 23 centimètres de diamètre et des pattes qui peuvent atteindre 10 centimètres. Bicolore, elle présente une tête et un corps marron et un abdomen jaune.

De la famille des Ctenidae, la Califorctenus Cacachilensis dont les premiers spécimens ont été découverts en 2013, se rapproche de trois autres genres : Thoriaa afrotropicale, Trogloctenus et Amauropelma Australasienne. Toutefois, pour les chercheurs, cette nouvelle araignée créée à elle seule un nouveau genre, le Califorctenus. « Les araignées Califorctenus ont été analysées de manière morphologique et évolutive (au microscope) en les comparant aux genres décrits dans la famille des Ctenidae pour connaître le genre, l’espèce et lui donner un nom. Il a été confirmé qu’il s’agissait d’un nouveau genre endémique », explique Maria Luisa Jiménez, spécialiste du Centre de recherches biologique du nord-ouest (CIBNOR), au Mexique.

Bien que sa taille soit imposante, elle ne semble pas présenter un réel danger pour l’homme comme cela a été constaté par la force des choses. « Le venin de cette araignée n’a pas encore été analysé, mais il n’est pas dangereux pour nous. Un de nos collègues a été mordu alors qu’il capturait un spécimen et jusqu’à présent, il va bien », ajoute la spécialiste. De plus, l’araignée est nocturne, rapide et peureuse.

« La raison pour laquelle nous n’avons pas découvert cette espèce plus tôt vient du fait qu’il s’agit d’une araignée caverneuse, la plupart des spécimens ont été recueillis dans une mine, de petites grottes et sous des camions. En plus, il s’agit d’une espèce nocturne et l’apercevoir est d’autant plus difficile qu’elle ne se déplace jamais loin de son habitat naturel et se révèle très timide. Lorsqu’elle perçoit la présence de quelque chose d’étrange, elle s’enfuit et se cache », conclut la spécialiste.

Source