Une équipe d’astronomes annonce l’existence d’une seconde exoplanète géante en orbite autour de la jeune étoile Beta Pictoris. De quoi permettre d’étudier les premières étapes de la formation planétaire.

La « cueillette » des exoplanètes se poursuit avec un nouveau monde à noter dans notre carnet d’adresses. S’appuyant sur les données de l’instrument HARPS (High Velocity Radial Velocity Planet Search) de l’ESO, une équipe d’astronomes annonce en effet avoir identifié une seconde planète autour de l’étoile Beta Pictoris, située à 63 années-lumière de la Terre dans la Constellation du Peintre. Cette planète, comme son étoile, est très jeune : environ 20 millions d’années seulement. Autrement dit, elle s’est formée à l’époque du Miocène terrestre. Elle est environ neuf fois plus massive que Jupiter, évolue à 2,7 UA de son hôte et en fait le tour en 1 200 jours. Les détails de l’étude sont publiés dans la revue Nature Astronomy.

« Nous avons dû analyser plus de 10 ans de données spectroscopiques afin de détecter indirectement la présence de Beta Pictoris c », explique Anne-Marie Lagrange, de l’Institut d’astrophysique de Grenoble. Cette nouvelle découverte est importante. Non pas parce Beta Pictoris pourrait abriter la vie (ce qui n’est pas le cas), mais parce qu’un système aussi jeune pourrait nous en apprendre davantage sur le processus de formation planétaire.

Un système fascinant

Visible à l’œil nu depuis la Terre, son étoile est connue depuis plusieurs décennies maintenant. C’est notamment cet objet qui permit aux astronomes d’obtenir la toute première image d’un disque de poussière et de gaz entourant une étoile. De nombreuses exocomètes se trouvent d’ailleurs dans ce disque. Certaines ont même déjà été vues en train de s’écraser sur l’étoile.

Il existe également une seconde exoplanète dans ce même système : Beta Pictoris b. Ce géant gazier 9 à 13 fois plus massif que Jupiter a été découvert en 2008. La planète évolue autour de son étoile à environ 9 fois la distance Terre-Soleil. Des astronomes ont même réussi à la filmer.

exoplanète

Le système planétaire Beta Pictoris. Crédits : P. Rubini/A.-M. Lagrange

Quant à Beta Pictoris c, les recherches devraient se poursuivre. Les astronomes espèrent en savoir davantage sur la planète grâce aux données du satellite Gaia de l’ESA, et du futur Télescope géant européen, dont la mise en service est prévue pour 2025. « Parce que son demi-grand axe est nettement plus petit que celui de Beta Pictoris b, Beta Pictoris c peut passer par son étoile », expliquent les chercheurs.

Un transit de la planète permettrait alors d’explorer son atmosphère. Il est également possible que nous tombions sur des anneaux, à l’instar de Saturne, ou que la planète soit entourée de quelques lunes.

Articles liés :

Désolé, il n’y a pas de vie possible sur cette exoplanète

Il pourrait y avoir de l’eau liquide sur ces deux exoplanètes

TESS découvre trois nouvelles exoplanètes à 35 années-lumière