in

Découverte d’une espèce de fourmis qui utilise le mimétisme visuel comme forme de parasitisme

fourmi
Crédits : francok35 / Pixabay

Une toute nouvelle espèce de fourmis a récemment été découverte. Sa particularité ? Elle utilise le mimétisme visuel afin de piller les réserves et suivre les pistes de chasse d’une autre race de fourmis.

Alors qu’il menait une étude au Brésil, Scott Powell, entomologiste à l’université George Washington (Washington D.C., États-Unis), a découvert une nouvelle espèce de fourmi qu’il a baptisée fourmi tortue miroir ou Cephalotes specularis. Le terme « Miroir » lui a été attribué car elle ressemble à s’y méprendre à la fourmi tortue ou Crematogaster ampla.

« Alors que je m’éloignais, après avoir vu ce qui semblait être un grand nombre de fourmis en quête de nourriture, je réalisais que quelques fourmis sur lesquelles je venais de poser les yeux n’étaient pas tout à fait comme les autres. Revenant sur mes pas, j’ai réussi à les retrouver dans la masse des fourmis hôtes, et tout est parti de là. », a déclaré Scott Powell dans un communiqué de l’université de George Washington afin d’expliquer les circonstances de sa découverte.

Lorsque mimétisme visuel rime avec parasitisme

La ressemblance entre les deux espèces est d’ailleurs telle qu’il aura fallu à l’entomologiste deux ans d’analyses minutieuses pour conclure avec certitude que les spécimens recueillis étaient bien issus de deux espèces distinctes.

Pour autant, ce qui caractérise la Cephalotes specularis ne s’arrête pas à sa simple ressemblance avec la Crematogaster ampla. En effet, la fourmi tortue miroir (Cephalotes specularis) a également développé un mimétisme extrêmement poussé des mouvements de la Crematogaster ampla de manière à pouvoir passer quasiment inaperçu au sein de la colonie de cette dernière. Ainsi, grâce à ce comportement pour le moins particulier et en évitant de croiser le chemin des fourmis gardiennes qui sont en mesure de repérer les intrus à leur simple odeur, la Cephalotes specularis est capable de piller les réserves de nourriture de ses hôtes tout en profitant de ses pistes de chasse.

« C’est le premier exemple connu de fourmis qui utilisent le mimétisme visuel pour en parasiter d’autres », a affirmé Scott Powel, relayé par le site Sciences et Avenir.

Des études menées ultérieurement ont par ailleurs montré que 89% des fourmilières de Crematogaster ampla étaient envahis par les fourmis miroirs. De son côté, l’entomologiste voit cette découverte comme une véritable opportunité d’en apprendre davantage sur la biologie des parasites. « Nous avons une fenêtre rare sur les premiers stades de l’évolution du parasitisme social avant que les parasites n’aient perdu leurs capacités d’autonomie. Cela promet de nous aider à comprendre les pressions environnementales qui font pencher une espèce vers un mode de vie parasitaire », a ainsi déclaré Scott Powell, relayé par le site Science et Avenir.

Sources: SciencesetAvenirGurumed