in

Découverte d’un trou noir tournant à 90% de la vitesse de la lumière

Crédits : Pixabay / DanzelScarleth

Une équipe d’astronomes annonce avoir identifié un trou noir tournant à l’une des vitesses les plus élevées jamais enregistrées. Les détails de l’étude seront prochainement publiés dans The Astrophysical Journal.

L’espace regorge d’objets, tous plus déments les uns que les autres. En témoigne cette nouvelle trouvaille. En 2016, le premier satellite d’astronomie indien, AstroSat, repérait un trou noir dans le système d’étoiles binaires 4U 1630-47, après avoir détecté une explosion inhabituelle de rayons X. Des analyses de suivi ont ensuite confirmé que l’ogre cosmique était en train de se nourrir de matière, l’équivalent en gaz et en poussière de 10 soleils ! Un repas copieux qui à amené le trou noir à tourner très, très rapidement sur lui-même, quasiment à la limite fixée par la théorie de la relativité d’Albert Einstein (soit environ 90 % de la vitesse de la lumière).

Proche de la vitesse maximale

« De telles mesures, en particulier de la vitesse de rotation, sont très difficiles à effectuer et ne peuvent être faites que par des observations de rayons X de haute qualité dans le bon état du système stellaire binaire, dans lequel le trou noir engloutit la matière de son étoile », explique Mayukh Pahari, de l’Université de Southampton au Royaume-Uni. « La mesure scientifique de la vitesse de rotation du trou noir, un objet extrêmement exotique mais le plus simple de l’Univers, se rapproche ici de la valeur maximale possible », ajoute Sudip Bhattacharyya, professeur associé à l’Institut de recherche fondamentale Tata (TIFR) à Bombay, en Inde.

trou noir vitesse
Découverte d’un trou noir tournant sur lui-même à 90 % de la vitesse de la lumière. Crédits : tpsdave/Pixabay

Comprendre comment se forment les galaxies

Il n’existe à ce jour que cinq trous noirs connus présentant des vitesses de rotation aussi folles. L’un d’entre eux, niché dans la galaxie spirale barrée NGC 1365, tournerait sur lui-même à environ 84 % de la vitesse de la lumière. Vous retrouverez cet objet, de trois millions de kilomètres de diamètre et deux millions de fois plus lourd que notre Soleil, à 56 millions d’années-lumière de la Terre.

Ces analyses sont importantes. Il faut connaître et étudier ces trous noirs, leur masse et vitesse de rotation en l’occurrence, les deux seules choses que l’on peut connaître d’un trou noir. Cela permet non seulement d’en apprendre davantage sur l’objet lui-même et son passé, mais également sur l’évolution de la galaxie qui l’héberge et, par extension, de toutes les autres galaxies.

Source

Articles liés : 

Une observation inattendue faite au bord d’un trou noir

Comment les premiers trous noirs supermassifs de l’Univers sont-ils apparus ?

Il pourrait y avoir plus de 10 000 trous noirs nichés au cœur de la Voie lactée