in ,

Découverte d’un lézard à six queues en Argentine

Capture vidéo

Il s’agit d’une grande première. En effet, jamais les scientifiques n’avaient observé de lézard à six queues. Cette déformation s’expliquerait par les capacités de régénération de l’animal.

Les recherches ont été menées par une équipe de l’Institute of Animal Diversity and Ecology (CONICET-UNC) de la ville de Córdoba en Argentine. L’équipe menée par Nicolás Pelegrin a pu mettre un nom sur le phénomène du lézard à six queues : l’hexafurcation. Les résultats ont été publiés dans la revue Cuadernos de Herpetología le 10 septembre 2015.

Interrogé par le journal New Scientist, Nicolás Pelegrin explique : « Il n’est pas rare pour un scientifique de parler d’un lézard qui a deux voire trois queues. Mais il n’y a jamais eu de cas semblables. »

Le lézard à six queues est un Tégu noir et blanc ou Tégu géant d’Argentine (Salvator merianae). Il aurait été retrouvé par des policiers argentins alors qu’il était blessé. Sur toute la longueur de sa queue, le reptile était marqué par plusieurs plaies (provoquées par un objet coupant) pas assez profondes pour lui faire perdre son organe. Ainsi, son organisme a réagi en enclenchant un processus de régénération, et même plusieurs. À chaque plaie, une nouvelle queue a donc poussé.

Les scientifiques ne pensent pas qu’une queue multiple puisse comporter des avantages, alors que cela peut perturber les déplacements du lézard et même sa capacité à se reproduire.

圖片 1
Crédits : N. Pelegrin et S.M. Leão – Salvator Merianae Regenerates Six Tails, CONICET-UNC/UNC

Sources : New ScientistSciences et AvenirSputnik

Crédit photos : Cuadernos de Herpetología