in

Découverte d’un intriguant dinosaure en Alaska, voici le « Ugrunaaluk kuukpikensis »

Crédits : Florida State University/University of Alaska Fairbanks

Voici le « Ugrunaaluk kuukpikensi« , littéralement « brouteurs anciens de la rivière de Colville« , une nouvelle espèce de dinosaures de la famille des « hadrosauridés » découverte par des chercheurs de l’Université de l’Alaska de Fairbanks, et du département des sciences de la vie de l’Université de Floride.

C’est dans le Nord de l’Alaska, aux Etats Unis, qu’a été découverte cette nouvelle espèce de dinosaures appartenant à la famille des « hadrosauridés« , les dinosaures à tête de canard. Une découverte détaillée dans la revue Acta Palaeontologica Polonica, et réalisée dans une couche vieille de 69 millions d’années de la Formation de Prince Creek, à proximité du Colville, l’un des cours d’eau les plus septentrionaux d’Amérique du Nord.

En tout, ce sont quelque 6 000 ossements qui ont été retrouvés par les chercheurs, leur permettant de valider quelques-unes de ses caractéristiques. Il mesurait neuf mètres de haut à l’âge adulte, était doté de centaines de dents, mais était herbivore comme ses cousins, et se déplaçait sur ses pattes postérieures.

Ce qui fascine les chercheurs, c’est que le « Ugrunaaluk kuukpikensi » (en langue esquimaude inupiat) a été découvert à l’extrême nord du continent nord-américain, suggérant ainsi que le dinosaure a connu des températures relativement basses, voire même de la neige, bien qu’à cette époque le climat de l’Alaska était plus hospitalier. « Il n’y a pas si longtemps, l’idée de dinosaures vivant dans un climat polaire était considérée comme… une sorte de blague, vous comprenez ? » explique Patrick Drunkenmiller, conservateur dans la section sciences de la Terre à l’université de l’Alaska. « La découverte d’un fossile change tout ce que nous savions sur la physiologie des dinosaures » déclare à son tour Greg Erickson, professeur de biologie à l’Université de Floride, devant l’obligation des scientifiques à reconsidérer l’hypothèse qui veut que les dinosaures ne fussent capables de survivre que dans des milieux tropicaux.

Source : washingtonpost

  • Illustration principale : Florida State University/University of Alaska Fairbanks