in

Découverte d’une île perdue dans la Mer Égée

Crédits : Google Earth

Une équipe internationale d’archéologues et de géophysiciens pense avoir retrouvé une île perdue dans la Mer Égée, près de la province d’Izmir, en Turquie. Cette île aurait abrité la cité antique de Canae.

C’est en examinant les couches de roches souterraines d’une péninsule de la mer Égée, près d’un village nommé Bademlin dans la province d’Izmir, en Turquie, que des archéologues et géophysiciens de l’Institut d’Archéologie germanique ont pu retrouver cette île perdue. Celle-ci avait notamment été mentionnée par l’historien grec Xénophon (430 — 354 av J-C), lorsqu’il évoquait la bataille des Arginuses, l’une des plus importantes guerres du Péloponnèse, qui opposa pendant près de trente ans Sparte et Athènes.

« En s’appuyant sur des vestiges archéologiques et des objets en céramique dans le village, les archéologues pensent avoir découvert la ville perdue de Canae, où se déroula l’antique bataille des Arginuses. Canae était la cité ancienne sur l’une des trois îles Arginuses. Les deux autres îles existent toujours, et sont aujourd’hui appelées les îles Garip » écrit Quartz.

Jusqu’aux recherches de ce groupe d’archéologues et de géophysiciens, il n’était pas établi que ces terres étaient bien les îles des Arginuses, comme l’explique Felix Pirson, de l’Institut d’archéologie. « En examinant les échantillons géologiques obtenus à l’aide d’une foreuse, nous avons pu reconnaître que l’espace entre la troisième île des Arginuses et le continent était effectivement empli de terre meuble et de roche, créant la péninsule existante ».

Les archéologues ont également mis au jour les vestiges d’un port datant de la période Héllenistique (323 av JC — 31 av JC), un autre indice tendant à prouver que la presqu’île était autrefois une île. La cité de Canae constituait un point de passage important pour les marins venant de la mer Noire.

Sources : natgeo, quartz