in

Découverte en Antarctique de plus d’une tonne de fossiles et d’ossements de dinosaures

Crédits : ractapopulous / Pixabay

Au cours d’une pénible et difficile expédition en Antarctique, une équipe de chercheurs du monde entier a découvert plus d’une tonne de fossiles et d’ossements de dinosaures, dont certains sont datés à environ 71 millions d’années. 

« Nous avons trouvé des choses comme des plésiosaures et des mosasaurus, un type de lézard marin rendu célèbre grâce au dernier film Jurassic World » déclare le docteur Steve Salisbury de l’Université australienne de Queensland, qui a pris part à la mission. L’ensemble des fossiles retrouvés remonte à la fin de l’ère des dinosaures et pour certains, leur âge est estimé à environ 71 millions d’années.

« Nous avons trouvé beaucoup de très grands fossiles » ajoute le docteur. « Ils étaient sous des roches marines peu profondes, donc la majorité de ceux que nous avons trouvés vivait dans l’océan » poursuit Steve Salisbury. Les chercheurs ont également découvert des fossiles d’oiseaux, notamment des anciens canards qui vivaient à la fin du Crétacé.

C’est sur l’île de James Ross, au large de l’extrémité nord-est de la péninsule Antarctique, que cette équipe de 12 scientifiques américains, australiens et sud-africains s’est rendue, l’une des rares parties de l’Antarctique où les rochers sont visibles durant l’été. Une région difficile à vivre, mais également très difficile d’accès, où les chercheurs auront campé cinq semaines durant, entre février et mars 2016, avec une dizaine de kilomètres à pied par jour pour rejoindre les sites de recherches, dans des conditions très difficiles.

« Il est difficile d’y travailler, mais il est encore plus difficile d’y parvenir. Travailler dans l’Antarctique est très difficile. Parfois, il neigeait tellement que nous restions dans la tente pendant plusieurs jours » raconte le Dr Salisbury. Les fossiles découverts se trouvent actuellement au Chili d’où ils seront expédiés pour une étude approfondie au Carnegie Museum of Natural History. Compte tenu des précautions à prendre avec ces fossiles et les gros ossements, les conclusions de l’étude ne devraient pas intervenir avant un an ou deux.

Flickr: University of Queensland
Flickr: University of Queensland
Flickr: University of Queensland
Flickr: University of Queensland
Flickr: University of Queensland
Flickr: University of Queensland
Flickr: University of Queensland
Flickr: University of Queensland

Source : abcnews