in

Découverte de nouveaux crânes humains issus des vestiges aztèques de Mexico

Crédits : INAHmx sur Twitter

Dans les vestiges de l’ancienne cité aztèque de Tenochtitlan, des archéologues ont mis à jour plus d’une centaine de crânes humains. Ceux-ci viennent s’ajouter à d’autres découvertes du même type, totalisant au total plus de 480 crânes. Cette nouvelle découverte résulte du dégagement d’une structure bien particulière.

Une structure décrite par les conquistadors

En 2015, des archéologues ont découvert des centaines de crânes humains en menant des fouilles dans l’ancienne capitale aztèque Tenochtitlan, plus précisément dans les ruines du Templo Mayor. Les ossements, soigneusement empilés les uns sur les autres, formaient un “tzompantli”. Il s’agit d’un type de structure verticale bâtie avec les têtes des victimes des Aztèques. Par ailleurs, cette pratique était également présente chez d’autres peuples méso-américains.

Selon un communiqué du gouvernement mexicain publié le 11 décembre 2020, les archéologues pensent que ces crânes font partie du Huey Tzompantli. Ce mur d’ossements fut décrit par les conquistadors espagnols au XVIe siècle après la prise de Tenochtitlan (1521). Toutefois, les fouilles de 2015 n’avaient pas permis de dégager la totalité de la structure. C’est désormais chose faite et 119 ossements sont venus s’ajouter aux autres pour un total de plus de 480 crânes.

vestige aztèque cranes 2
Crédits : INAHmx sur Twitter

Des découvertes bousculant une théorie

Les premiers de ces 119 crânes ont fait leur apparition en mars 2020. Les archéologues menaient alors des opérations de réparation sur un des murs d’un édifice historique de la rue República de Guatemala, dans le centre historique de Mexico. Rappelons qu’après la prise de Tenochtitlan, celle-ci a été quasiment rasée. Or, certains fragments du Huey Tzompantli ont ensuite fait l’objet d’une dispersion dans les environs. L’Institut national d’anthropologie et d’histoire du Mexique (INAH) a expliqué – via une publication sur Twitter – que la structure s’étend sur 4,7 mètres de diamètre et pourrait remonter au règne du souverain Ahuitzotl, ayant régné de 1486 à 1502. De plus, le Huey Tzompantli se situait à proximité d’une chapelle dédiée à Huitzilopochtli, dieu tribal de la Guerre et du Soleil protecteur des Aztèques.

Les crânes composant les tzompantlis appartiennent à des guerriers ennemis morts au combat. En tout cas, c’est ce qu’ont toujours pensé les archéologues. Toutefois, les découvertes faites depuis 2015 à Mexico viennent bousculer cette théorie. En effet, certains crânes sont ceux d’enfants, de femmes et de jeunes hommes. Selon les archéologues, il se pourrait donc que les structures intégraient également des crânes d’individus réservés aux cérémonies sacrificielles honorant les dieux.