in

Découverte de l’ancêtre du « hobbit », vieux de 700 000 ans

Crédits : iStock

Grâce à deux études publiées dans la revue Nature, les controverses existantes autour de l’Homme de Florès, surnommé le « hobbit » en raison de sa petite taille et qui vivait sur l’île indonésienne de Florès, devraient prendre fin avec la découverte de petits hominidés qui vivaient il y a 700 000 ans, et qui étaient probablement ses ancêtres.

Cette découverte trouve son origine en septembre 2003, avec la mise au jour de l’homme de Florès, qui aurait vécu il y a 50 000 ans, dans la grotte de Liang Bua sur l’île de Florès en Indonésie. Ils mesuraient environ 1 m pour 25 kg, et étaient dotés d’une tête anormalement petite par rapport à leur corps, abritant un cerveau d’une taille similaire à celui d’un chimpanzé, d’où leur surnom de « hobbit« .

Depuis, les scientifiques tentent d’expliquer l’origine de cet étrange petit être, pourquoi il est si petit et pourquoi on ne le retrouve que sur cette île. Plusieurs hypothèses s’opposaient alors : pour certains, il s’agissait d’un descendant de petits Homo habilis ou de petits australopithèques venus d’Afrique, quand pour d’autres, il s’agissait d’un Homo erectus qui aurait évolué en rapetissant afin d’adapter ses besoins à des ressources peu abondantes.

Fin du débat depuis ce mercredi et la publication dans la revue Nature d’une étude faisant état de la découverte en 2014, de nouveaux fossiles sur l’île, sur le site de Mata Menge à 100 kilomètres à l’est de la grotte de Liang Bua, où les « hobbits » ont été découverts. Une découverte qui comprend un fragment de mâchoire et six dents, lequel provient d’une mandibule plus petite que la plus petite mandibule de l’homme de Florès.

G. D. van den Bergh et al.
G. D. van den Bergh et al.
G. D. van den Bergh et al.
G. D. van den Bergh et al.

Ces ossements, l’équipe d’Adam Brumm, de l’Université de Wollongong en Australie, estime qu’ils datent d’environ 700 000 ans. « Ce que nous avons trouvé est une énorme surprise et laisse penser que l’Homo floresiensis est une espèce extrêmement ancienne qui a acquis sa petite taille très tôt, peut-être peu de temps après son arrivée sur l’île il y a environ un million d’années » explique le chercheur. « Ces étranges hominidés étaient donc déjà présents sur l’île il y a 700 000 ans. J’étais stupéfait quand j’ai vu ces nouveaux fossiles » explique de son côté Yousuke Kaifu du Musée national de la nature et des sciences d’Ibaraki au Japon.

L’homme de Florès n’est pas un sapiens malade, atteint de microcéphalie ou de trisomie, et pourrait donc bien être un pur produit de l’évolution locale, qui se serait adapté à l’environnement de l’île où les ressources alimentaires étaient rares.

Source : nature