in

Découverte de fossiles de crocodiles vieux de 13 millions d’années !

Crédits : bs / Pixabay

Après plus de 10 ans de recherches, une équipe internationale de paléontologues a mis au jour les fossiles de sept espèces différentes de crocodiles vieux de plus de 13 millions d’années, dans une région amazonienne du Pérou. Une découverte qui a permis de révéler l’existence de trois nouvelles espèces de crocodiles.

C’est à Loreto au nord-est du Pérou, près de la frontière avec l’Équateur qu’une équipe internationale de paléontologues a découvert pas moins de sept espèces de crocodiles différentes. Ceux-ci étaient vieux de plus de 13 millions d’années, et selon les paléontologues à l’origine de cette découverte, il s’agit de la plus grande concentration d’espèces de crocodiles vivant au même endroit jamais découverte.

« Nous avons trouvé en un seul endroit les restes fossiles de sept espèces de crocodiles datant d’il y a plus 13 millions d’années, une découverte unique pour la science paléontologique » a déclaré Rodolfo Salas-Gismondi, qui dirige l’équipe de paléontologues. Parmi les sept espèces découvertes, trois étaient encore jusque là inconnues. « Trois de ces crocodiles sont totalement nouveaux pour la science, car on ignorait que certaines espèces se nourrissaient de mollusques ». 

C’est le cas notamment pour une nouvelle espèce baptisée Gnatusuchus pebasensis, un crocodile long d’environ deux mètres et dont le museau en forme de pelle lui permettait d’aller dénicher ses repas, principalement constitués de mollusques, palourdes et escargots.

Mais cette découverte aura aussi permis d’en savoir plus sur l’écosystème de l’Amazonie. « Ce qui est intéressant à propos de cette étude, c’est que nous avons identifié une étape dans l’histoire de l’Amazonie et ses formes de vie. Il y a des milliers d’années, l’Amazonie n’était pas comme aujourd’hui, il y avait des marécages et des lacs. La forêt était fragmentée par des lacs, tout cet écosystème a disparu au moment de la formation du fleuve Amazone » conclut Rodolfo Silas-Gismondi.

L’ensemble des travaux réalisés par l’équipe de paléontologues est à consulter dans la revue Proceedings.

Sources : sciencedaily, dailymail