in

Découverte de 63 quasars datant de l’Univers primitif

Crédits : NASA & ESA

Une équipe de chercheurs annonce la découverte de 63 nouveaux quasars, ces objets cosmiques connus pour être les plus lumineux, mais aussi les plus lointains. Une véritable mine d’informations sur le tout premier milliard d’années de l’Univers après le Big Bang.

Il s’agit là du plus grand nombre de quasars découverts et décrits dans un article scientifique. Près du double des quasars anciens connus des astronomes jusqu’à présent. L’étude, en cours de publication dans la célèbre revue The Astrophysical Journal, fait état de 63 quasars découverts, ces trous noirs supermassifs postés au centre des galaxies les plus massives, véritables vestiges de l’Univers ancien.

Les quasars figurent parmi les objets cosmiques les plus éloignés connus à ce jour. Leur luminosité extraordinaire provient du gaz et de la poussière qui tombent inévitablement dans le trou noir, avalés par son étreinte gravitationnelle. En raison du petit nombre de quasars connus, la capacité des scientifiques à obtenir des informations sur ces anciens objets cosmiques était jusqu’à présent limitée. L’un des plus grands défis est précisément d’identifier de nouveaux quasars lointains, extrêmement rares. Pour les astronomes, c’est un peu comme chercher une aiguille dans une botte de foin, et encore. Mais une fois dénichés, les quasars deviennent de précieuses mines d’informations sur les premiers milliards d’années de l’Univers.

La formation et l’évolution des premières sources de lumière dans l’Univers sont l’un des plus grands mystères de l’astronomie moderne. Avec ces nouveaux quasars, les chercheurs disposent aujourd’hui des meilleurs outils pour tenter de comprendre et de mieux appréhender l’Univers primitif.

Pour vous donner un exemple, le quasar 3C 273, l’un des tout premiers découverts et dont la distance a été évaluée pour la première fois par Maarten Schmidt, dépasse deux millions de millions de fois la luminosité du Soleil, ou encore 1.000 fois celle de la Voie lactée. Cela signifie que 3C 273 semblerait aussi brillant dans le ciel que le Soleil s’il était situé à la place de l’étoile Pollux, à environ 10 parsecs (1 parsec = 3,2616 années-lumière).

Le quasar 3C 273, le plus lumineux jamais observé, apparaît sur cette photographie prise par le télescope spatial Hubble. Avec une magnitude apparente (ou relative) de 12,9, 3C 273 est situé à 2,44 milliards d'années-lumière. © Nasa, Esa
Le quasar 3C 273, le plus lumineux jamais observé, apparaît sur cette photographie prise par le télescope spatial Hubble. Avec une magnitude apparente (ou relative) de 12,9, 3C 273 est situé à 2,44 milliards d’années-lumière. Crédits : NASA, ESA

Source : Carnegie Institution for Science