in

C’est l’un des plus grands Crocodilidés jamais découverts en Australie

Représentation d'artiste de Gunggamarandu maunala. Crédits : Eleanor Pease.

Une équipe de paléontologues annonce la découverte d’un nouveau genre et d’une nouvelle espèce de Crocodilidé gigantesque identifiés à partir d’un crâne incomplet trouvé il y a plus d’un siècle dans le Queensland, en Australie.

Dites bonjour à Gunggamarandu maunala. L’animal évoluait il y a entre 2 et 5 millions d’années dans ce qui est aujourd’hui le sud-est du Queensland, en Australie. Il intègre les tomistominés, une sous-famille de crocodiliens dont une seule espèce existe encore aujourd’hui, le faux-gavial de Malaisie (Tomistoma schlegelii).

Le crâne partiel de Gunggamarandu maunala avait été déterré dans la région de Darling Downs au 19e siècle. D’après les analyses, dont les résultats sont publiés dans Scientific Reports, celui-ci possède une combinaison unique de caractéristiques qui le distingue des autres Crocodilidés.

« Nous avons fait scanner le crâne et à partir de là, nous avons pu reconstruire numériquement la cavité cérébrale, ce qui nous a aidés à découvrir des détails supplémentaires sur son anatomie« , a déclaré Ristevski. Cela explique donc la classification d’un nouveau genre et d’une nouvelle espèce.

Un ancien géant

Gunggamarandu maunala est l’un des plus grands Crocodilidés ayant jamais vécu sur le territoire australien.

« Pour le moment, il est difficile d’estimer sa taille globale exacte, puisque nous ne disposons que de l’arrière de son crâne, mais il était grand« , explique Jorgo Ristevski, de la School of Biological Sciences de l’Université du Queensland. « Nous estimons que son crâne mesurait au moins 80 cm de long. Sur la base de comparaisons avec des crocodiles modernes, nous pourrions estimer une longueur totale du corps d’environ sept mètres« .

Si l’on en croit ces mesures, Gunggamarandu maunala rivalisait facilement avec Crocodylus porosus, le Crocodile marin. Évoluant de nos jours en Asie du Sud, en Asie du Sud-Est et en Océanie, il est le plus grand et le plus lourd reptile vivant au monde, capable d’atteindre plus de six mètres de long et de peser plus d’une tonne.

Crocodilidés australie
Les restes de l’arrière du crâne retrouvés comparés à la taille d’un humain moyen. Crédits : Jorgo Ristevski

Évolution des Crocodilidés

Comme le souligne Jorgo Ristevski dans The conversation, la paléontologie des crocodilidés en Australie a été particulièrement active au cours de ces dernières décennies, avec la découverte de nombreux mekosuchinés qui représentent une sous-famille éteinte de crocodiliens de la famille des crocodilidés.

« Cela a conduit à la perception que les mekosuchinés étaient les crocodiliens dominants, sinon les seuls, en Australie, jusqu’à l’arrivée relativement récente de vrais crocodiles (c’est-à-dire des membres du genre Crocodylus) tels que les deux espèces qui survivent aujourd’hui [le crocodile marin et le crocodile d’eau douce australien NDLR] », explique le paléontologue.

Cela explique l’interrogation des chercheurs. En effet, à l’exception de l’Antarctique, tous les autres continents abritaient des représentants de plus d’un groupe de crocodilidés à cette époque. C’est encore le cas de nos jours, avec la présence de crocodiles, de gavials et d’alligators en Asie ou de crocodiles, de caïmans et d’alligators sur les continents américains. Alors, pourquoi l’Australie aurait-elle fait figure d’exception ?

Cette nouvelle découverte rétablit ainsi une certaine « logique » évolutive. Les mekosuchinés n’étaient pas les seuls crocodilidés en Australie.  Les tomistominés, représentés par Gunggamarandu maunala, étaient également présents.