Découverte d’une anomalie souterraine mystérieuse près des pyramides de Gizeh

pyramides de Gizeh anomalie
Crédits : Ivica Gulija/istock

Des archéologues ont récemment fait une découverte intrigante sur le site d’un ancien cimetière égyptien situé près du célèbre complexe pyramidal de Gizeh. Cette découverte, une mystérieuse anomalie souterraine, a été mise au jour grâce à des enquêtes menées avec des techniques géophysiques avancées, notamment le radar pénétrant dans le sol (GPR) et la tomographie par résistivité électrique (ERT). Ces méthodes ont permis de détecter des structures potentielles enfouies sous la surface, ouvrant ainsi la voie à de nouvelles explorations archéologiques.

Les nouveaux outils essentiels de l’archéologie

Les méthodes d’exploration géophysique, telles que le géoradar (GPR), les levés de résistivité électrique et les levés magnétiques, sont des outils cruciaux dans les études archéologiques. Elles permettent de détecter les anomalies archéologiques enfouies sous la surface avant même de commencer les fouilles, ce qui facilite ainsi la localisation des sites archéologiques connus et inconnus, et contribue à leur préservation.

Ces méthodes évoluent constamment. Par exemple, le GPR est utilisé depuis les années 1980, mais les techniques d’enquête se sont améliorées au fil du temps. Initialement, les levés étaient effectués le long d’une ligne droite, mais aujourd’hui, des études bidimensionnelles et tridimensionnelles sont courantes. De plus, l’intégration de systèmes de positionnement par satellite permet d’obtenir des images précises en 3D, ce qui facilite ainsi l’interprétation des données.

En Égypte, où de nombreux sites archéologiques importants existent, ces techniques sont particulièrement utiles. Par exemple, dans la région de Gizeh, des études ont révélé des structures souterraines autour des pyramides et du sphinx. Ces découvertes ont été réalisées grâce à des techniques telles que la résistivité électrique et le GPR.

Une découverte intrigante

Le cimetière occidental de Gizeh, connu pour être un lieu de sépulture important pour la royauté égyptienne antique, a fait l’objet d’explorations géophysiques plus récentes. Situé à l’ouest de la Grande Pyramide, il abrite notamment de nombreuses mastabas, des tombes souterraines typiques de l’Égypte ancienne. Il s’agit de structures à toit plat et rectangulaire construites en calcaire ou en briques crues, avec une chambre souterraine reliée à un arbre vertical.

Bien que la plupart de ces sites soient enfouis sous le sable, les méthodes d’exploration géophysique permettent de localiser leurs positions exactes depuis la surface. L’équipe de recherche a concentré ses efforts sur une zone plate et vacante du cimetière où aucune structure aérienne n’avait été identifiée auparavant.

pyramides de Gizeh anomalie
Crédits : Archaeological Prospection

Ces enquêtes, menées par une équipe comprenant des experts de l’Université internationale Higashi Nippon et de l’Université du Tohoku, au Japon, ainsi que de l’Institut national de recherche en astronomie et géophysique (NRIAG) en Égypte, ont finalement révélé une anomalie significative qui suggère la présence de structures archéologiques jusqu’alors inconnues. Plus précisément, les archéologues évoquent une structure peu profonde en forme de L située à une profondeur allant jusqu’à environ deux mètres et une structure plus profonde d’une superficie d’environ dix mètres sur dix qui s’étend jusqu’à environ dix mètres sous la surface.

Selon eux, la structure peu profonde pourrait avoir servi d’entrée à la structure plus profonde. La nature de cette dernière est encore indéterminée, mais les chercheurs pensent qu’il pourrait s’agir d’une tombe ancienne. Des fouilles supplémentaires seront toutefois nécessaires pour confirmer cette hypothèse et pour déterminer la nature exacte de ce qui se trouve sous la surface.

Les détails de l’étude sont publiés dans la revue Archaeological Prospection.